18 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Rhum 1796 de Santa Teresa Le Vénézuéla possède sa DOC en matière de "Ron" depuis 2003. C'est peut-être pour cela que ces marques internationales gagnent de plus en plus d'amateurs, car même si le cahier des charges est souple et que de nombreuses cuvées se ressemblent, freinant me semble t-il une signature nationale, le rhum vénézuélien est toujours charmeur. Santa Teresa qui élabore sa propre eau-de-vie depuis 123 ans en est un bon exemple.


Commentaire du Ron Solera 1796 de Santa Teresa - 40 % - Vénézuéla :

Je m'attendais à beaucoup de caramel, à de la lourdeur en bouche, bref, à un énième rhum sud-américain sans complexité et à la longueur aromatique sucrée.
Et bien non !
Certes, le cacao, les fruits secs et la banane sont bien là dans les effluves subtilement gommés, mais toujours présents, une fois l'eau-de-vie en bouche. Toutefois, la texture est légère, souple, fluide et longue. Elle s'étire sur quelques épices et un caractère torréfié qui donnent envie d'en reprendre !
Ce rhum de mélasse ne mélasse pas notre bouche et rien que pour cela, il est mon premier coup de coeur de l'année 2019 !
Les amateurs de cigares trouveront le calibre qu'ils veulent... Quelque chose de léger dans la puissance des feuilles est préférable tout de même avec ce vénézuélien.
Et les inconditionnels du chocolat se doivent de mettre la main sur le coffret Accords Rhum de la chocolatière Joane Lheureux
Il y a au moins une bouchée sur les quatre offertes qui fera leur soirée !
Contre-étiquette du rhum Santa Teresa
66,50 $ / Code SAQ : 10748071

Haut de page

14 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Bouillot et Ouessant 2009 La maison Bourguignonne Louis Bouillot nous a habitués à bien des expériences, notamment en élaborant des crémants issus des grands crus de la région (que j'ai toujours mentionnés dans mes ouvrages). Il y a un an, elle a envoyé à plusieurs "mordus de bulles" dans le monde, 2 bouteilles particulières, issues d'un vieillissement atypique : avec l'aide de la société Amphoris, basée dans le Finistère, des bouteilles de la cuvée Perle d'or 2009 avaient été immergées en 2016, après leur dégorgement et leur bouchage, dans des eaux profondes au large de l'île d'Ouessant, en Bretagne. Entre la pression et la température à 13°C de l'océan, l'exercice consistait à mesurer l'impact des conditions de garde marginale avec celles de garde traditionnelle en cave avant commercialisation, pour un même vin. Et comme j'aime les chiffres ronds, j'ai préféré attendre de longs mois pour tester ces 2009 en 2019 !
Commentaire du Crémant L. Bouillot - Perle d'or 2009 - Brut (traditionnel) :

Le nez est expressif et charmeur, axé sur le malt, le muesli, puis le yaourt au café après quelques minutes dans le verre. Les effets du temps sont présents, les effluves de beurre, de pâte feuilletée ne s'évaporent pas, ils perdurent tout au long de la dégustation.
La texture en bouche est ronde, les bulles sont menues, l'enveloppe du volume offre la juste acidité qui apporte la fraîcheur. Aucune notes oxydatives, ce crémant est à point.
Il rappelle évidemment les bulles de la Marne, peut-être celles de Lombardie et dans une dégustation à l'aveugle, il confondrait bien des dégustateurs...
Ce Perle d'Or 2009 est en fait savoureux et charmeur. Amateurs de bulles, si vous passez par la Bourgogne, faites un tour du côté de l'Imaginarium de Nuits-Saint-Georges, il se peut bien que cette cuvée y soit encore disponible...

Commentaire du Crémant L. Bouillot - Perle d'or 2009 - Brut (Ouessant) :

Est-ce l'influence de l'océan, est-ce le conditionnement psychique de savoir que ce vin a passé plusieurs années par 60 mètres de fond au large de l'île d'Ouessant ? 
Toujours est-il que le premier nez de ce crémant est particulièrement Breton !
C'est à dire axé sur les algues, les embruns marins d'une plage à basse marée, des huîtres qu'on vient d'ouvrir, bref, sur une fraîcheur exceptionnelle qu'on ne décèle plus dans la cuvée "traditionnelle".
Par contre en bouche, l'effet pâtissier est présent, axé sur des notes de biscuits sablés, pourquoi pas Breton aussi ! C'est encore la salinité qui parle autour de notes discrètes de beurre et d'amandes. 
L'effervescence est réussie, les bulles sont fines et courent sur le palais, la Bourgogne s'expriment ici à travers le millésime solaire de la vendange et les cépages employés. 
On déguste un excellent mousseux que les profondeurs de l'océan ont habillé de jeunesse et de solidité. 
Plus aérien, moins plein, moins gourmand toutefois que la cuvée qui a vieillit en cave traditionnelle, la "Ouessant" a sans doute un potentiel de garde plus élevé, encore aujourd'hui.
Magnifique 2009 "bretonnant", consommé en 2019, j'aurais pu t'attendre 5 années de plus !
Sceau Ouessant

Haut de page

12 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Ruinart et clavecin Si la maison de Champagne Ruinart est créée en 1729, c'est parce qu'il y a eu 1728, une autre date marquante pour la France viticole. Venez découvrir la naissance du champagne à travers celle de la plus ancienne maison de champagne en écoutant la musique qu'on jouait à la même époque, grâce à un concert de l'artiste claveciniste Geneviève Soly.

Haut de page

11 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Brut Absolu de Cattier Propriétaire de vignobles depuis 1763, la famille Cattier a commercialisé du champagne sous son propre nom après la Première Guerre mondiale. Les caves de Jean-Jacques Cattier qui dirige la maison, ont la particularité de se répartir sur trois niveaux déclinant trois styles de voûtes architecturales : gothique, roman et renaissant. Son fils Alexandre est aujourd'hui l'oenologue de la maison. Méconnue du grand public hors de l'hexagone, mais reconnue par les amateurs de champagne du monde entier, la maison Cattier a soudainement vu son nom se multiplier et se populariser sur la planète grâce au lancement de la cuvée de prestige Armand de Brignac (Ace of spades) qu'elle élabore.
Lieu : 6 et 11, rue Dom Pérignon  
BP 15 51500 
Chigny-les-Roses 
Téléphone : 03 26 03 42 11 

Le Clos du Moulin est la cuvée qui a sans doute fait connaître la famille Cattier aux consommateurs néophytes du champagne, écoutant les inconditionnels qui savent parfaitement qu'elle est parmi les meilleurs champagnes si l'on considère le rapport qualité/prix. 
Cuvée au tirage limité, elle est le fleuron d'une gamme qui n'en demeure pas moins constante dans la qualité et dont le Brut Absolu, ci-dessous décrit est un incontournable.

Commentaire de dégustation de la cuvée Brut Absolu - Nature :

C'est une prouesse que d'offrir un champagne non dosé avec autant de consistance dans le comportement et le crescendo aromatique typique de la catégorie : fenouil, melon, pivoine, mirabelle, silex et pain au lait. 
Exemplaire donc, car elle prouve qu'on peut obtenir de la profondeur et du caractère sans sucre ajouté, du fruit et de la minéralité : le champagne dans tous ses états.
L'apéritif sera de très grande qualité et les mordus de bulles à table sauront l'apprécier en tataki de poisson de leur choix ou avec un fromage de chèvre assez crayeux...
Absolument incontournable.Bouteille Brut Absolu de Cattier
Importation privée (trop discrète) au Québec / 17/20 dans le Guide Revel

Haut de page

10 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Alambic Depuis 1983, les mentions de durée de vieillissement du Cognac n'avaient pas bougé. Hors, parmi elles, dont la plupart perdent encore le consommateur, les deux mentions les plus populaires, XO et Napoléon, ne présentaient aucune différence en la matière. Seuls le flacon et son habillage, la marque et bien sûr, le tarif, pouvaient les distinguer. La cohérence était souvent absente. La voici retrouvée !
Selon les catégories de 1983, un cognac XO devait présenter un assemblage dont la plus jeune eau-de-vie avait au moins six ans. Or, un cognac Napoléon respectait la même exigence.

Désormais, la distinction sera nette et précise : un XO présentera un assemblage  dont la plus jeune eau-de-vie aura 10 ans et un un Napoléon présentera un assemblage dont la plus jeune eau-de-vie aura 6 ans.
Cette évolution nécessaire a sans doute été provoquée par la prépondérance de Moët-Hennessy, locomotive de l'appellation...

Le cas Hennessy XXO :

En 2017, Hennessy a commercialisé un XXO hors d'âge, un cognac âgé d'au moins 14 ans dans son assemblage : un pavé dans la mare administrative qui a aussitôt provoqué une injonction contre sa commercialisation, au motif, certes logique, que la mention XXO dérouterait le consommateur et surtout, qu'elle n'était pas officielle. 

Selon L'Agence France Presse (AFP), Hennessy et d'autres producteurs de cognac ont fait pression sur l'INAO, soutenu par le BNIC, pour permettre la vente de ce XXO (Vendu 600 euros en Asie). Toutefois, il fallait que cette mention soit officiellement reconnue. 
Une reconnaissance qui devrait être bientôt validée par le BNIC, un gardien du temple qui, après un long sommeil, a eu un réveil assez diligent...

PETIT RAPPEL SUR LE COGNAC :

L'Appellation « Cognac » ou « eau-de-vie de Cognac » ou « Eau-de-vie des Charentes » doit obligatoirement figurer sur l'étiquette.

Le nom « Cognac » peut être employé sans les mots « appellation contrôlée » dans la mesure où il n'est associé à aucune dénomination géographique complémentaire.

Les eaux-de-vie d'Appellation d'Origine Contrôlée d'origine viticole peuvent être accompagnées du mot « Fine ». Cette mention est facultative. 

Le Cognac est traditionnellement le fruit de l'assemblage d'eaux-de-vie d'âge et de crus différents, mais ce n'est pas obligatoire. 

Si un cru est mentionné sur l'étiquette, cela signifie que 100 % des eaux-de-vie qui constituent l'assemblage proviennent de ce cru. 
Par ex : « Appellation Cognac Petite Champagne contrôlée » 

Pour l'« Appellation Cognac Fine Champagne Contrôlée » : Eaux-de-vie issues exclusivement de Grande Champagne (minimum 50%) et Petite Champagne.

Un Cognac prêt à être consommé ne peut être commercialisé sans avoir vieilli pendant au moins deux ans, comptés à partir du 1er avril de l'année suivant la vendange. 

Le vieillissement des eaux-de-vie de Cognac est réalisé sans interruption, exclusivement sous bois de chêne. Le Cognac conserve toute sa vie l'âge qu'il avait lors de sa mise en bouteille, car, contrairement au vin, l'alcool n'évolue plus sous verre. 

LES MENTIONS DE VIEILLISSEMENT :

Les mentions de vieillissement donnent une indication sur l'âge de l'eau-de-vie la plus jeune entrant dans un assemblage. 
L'âge correspond au nombre d'années de vieillissement, sous bois de chêne exclusivement, comptées à partir du 1er avril suivant l'année de la vendange. 

au moins 2 ans : « *** »,  « Sélection », « VS », « De Luxe » et « Very Special », et « Millésime »
au moins 3 ans « Supérieur », « Cuvée Supérieure », « Qualité Supérieure »
au moins 4 ans : « V.S.O.P. », « Réserve », « Vieux », « Rare » et « Royal »
au moins 5 ans : « Vieille Réserve », « Réserve Rare » et « Réserve Royale »
au moins 6 ans : « Napoléon », « Très Vieille Réserve », « Très Vieux », «Héritage », « Très Rare », « Excellence » et « Suprême »
au moins 10 ans* : « XO », « Hors d'âge », « Extra », « Ancestral », « Ancêtre », « Or », « Gold », et « Impérial »

* Jusqu'au 1er avril 2018, les eaux-de-vie de Cognac « XO », « Hors d'âge », « Extra », « Ancestral »,« Ancêtre », « Or », « Gold » et « Impérial » ont été prélevées sur le compte 6 concernant les eaux-de-vie ayant plus de 6 ans de vieillissement.

ET LA NOTION DE MILLÉSIME ?

Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) avait décidé en 1962 d'interdire la commercialisation de cognac millésimé, en raison notamment de fraude sur les origines de vendanges, invérifiables. Levée en 1989, cette interdiction n'a finalement pas entraîné autant de création de cognac issu d'une seule année.

En effet, la déclaration d'un millésime est sujet à plusieurs vérifications qui coûtent très cher. Les barriques et les tonneaux millésimés doivent être scellés et répertoriés en présence d'un représentant assermenté, l'année de production. Le même représentant assermenté doit se présenter au cours de la durée du vieillissement si l'on procède à un inventaire ou lors d'une prise d'échantillon, d'un transfert ou d'une mise en bouteilles. 
Ce sont des paramètres particulièrement lourds au niveau administratif et surtout dispendieux, qu'il faut évaluer lorsqu'on se lance dans la conception d'un millésime. Ils devront être répercutés sur le tarif final de vente du cognac, d'autant plus délicat à promouvoir que cette notion d'une seule vendange n'est pas intrinsèque à l'appellation.XXO de Hennessy

Haut de page

9 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Vintage Extra Brut 60 mois de Cabelier Chaque étape dans l'élaboration d'un vin effervescent en méthode traditionnelle, est à la fois importante et maîtrisable par l'homme, même si celle qui concerne la prise de mousse est surtout tributaire du temps qui passe. Peu de marques de vin mettent en avant cette notion qu'on appelle "le temps sur lattes", sur l'étiquette principale. Mention globalement incomprise des consommateurs parce qu'inexpliquée, elle est pourtant celle qui leur permettrait de mieux s'orienter vers un vin, en fonction de ce qu'ils aiment... À cet égard, le Crémant du Jura 60 Mois de Marcel Cabelier est exemplaire !
Commentaire du Vintage Extra-Brut 60 mois sur lattes de M. Cabelier :

Ce temps sur lattes qu'on nous invite à découvrir à la lecture de l'étiquette s'exprime dès le premier nez par des notes de pommes cuites, de noyaux de fruits, de pain grillé, puis de noix. 
Ce qu'on appelle le rancio d'évolution au niveau aromatique, est ici désiré par l'élaborateur, donc attendu par le dégustateur. 
C'est une réussite, car il est aussi expressif et net que dans la plupart des bons champagnes Brut Sans Année qui ont séjourné au moins 3 ans en cave.

Ce sont bien les 60 mois passés (5 ans) en cave qu'on déguste à travers ce crémant; c'est l'effet de l'autolyse - expliquée dans un précédent article - que la marque veut transmettre, tout en prouvant que ce temps passé en bouteille, si précieux, apporte aussi l'impression de sucrosité qui n'est, en fait, que de la maturité, alors que ce vin est à peine dosé (2 grammes).

La texture est riche, les bulles sont menues, l'aspect crémeux est évident, on déguste un crémant du Jura comparable à bien des champagnes et à bien d'autres belles appellations de mousseux dans le monde qui ont laissé le temps marquer de son empreinte le travail de l'homme.

Seulement 12 000 bouteilles ont été tirées pour cette cuvée, elles sont numérotées et disponibles en importation privée auprès de l'agence dont l'adresse électronique est mentionnée ci-dessous.

Marcel Cabelier est une marque commerciale de la Maison du Vigneron, jadis Compagnie des Grands vins du Jura, négociant basé à Crançot, appartenant depuis 1986 à la société alsacienne GCF (Les Grands Chais de France).
étiquette 60 Cabelier

Haut de page

7 jan. 2019 par Monsieur Bulles
XO Mount Gay 4 distilleries sont en activité à La Barbade dont Mount Gay qui est la plus ancienne du monde puisqu'il qu'elle faisait du rhum dès 1703, pendant que les autres plantations de cannes, sur l'île comme ailleurs, n'élaboraient que du sucre. Dès le 18ème siècle, Mount Gay travaille avec la mélasse qui sera rapidement l'or noir local puisque le rhum deviendra l'économie la plus profitable de l'île. Le groupe Rémy Cointreau a racheté la marque en 1989; il possède la distillerie et les chais d'élevage depuis 5 ans.
Commentaire de dégustation du rhum XO de Mount Gay - 43 % - Barbade :

Nez léger, mais expressif de toffee, de vanille, puis de tabac blond. Attaque en bouche chaleureuse et enveloppante, sans agression, dans laquelle on retrouve les parfums perçus au nez, avec quelques accents de mélasse en finale. 
C'est un rhum gras, parfumé et charmeur à la puissance retenue et la longueur plus pénétrante que pointue, qui plaît immanquablement !
Idéal avec un chocolat noir avec ganache au café, une pâtisserie aux bananes ou une nougatine.
Contre étiquette Mount Gay
Code SAQ : 11416327 / 46,75 $

Haut de page

5 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Lambrusco di Sorbara Le Lambrusco est un vin rouge effervescent élaboré en cuve close (charmat) ou en bouteille, selon la méthode ancestrale. S'il porte la mention Secco, il contiendra entre 0 et 15g/l de sucre. Il peut être produit dans les provinces de Modène (4 DOC), de Parme (1 DOC) et de Reggio Emilia (2 DOC) en Émilie-Romagne. La province de Mantoue en Lombardie (1 DOC) peut également offrir du Lambrusco. La particularité de ces appellations est qu'elles portent en fait le nom du cépage qu'elles emploient. Ainsi, on parle de la famille du cépage Lambrusco qui se décline en plusieurs dizaines de variétés (grasparossa, sorbara, salamino, etc). Le premier Lambrusco di Sorbara est en SAQ, il vaut le coup et le coût !
Commentaire du Lambrusco di Sorbara par Carpi & Sorbara :

Le lambrusco est un cépage qui sent la cerise de façon très nette, d'où qu'il soit. Celui de Sorbara, ici testé, est exemplaire même si l'on peut aussi y déceler des notes de framboises derrière un bouquet proche de celui du gamay, voire du pinot noir.
Frais et souple en bouche, les bulles sont légères et virevoltantes. Elles illustrent un mousseux toujours facile à boire avec une fine amertume en finale qui rappelle qu'on déguste un vin rouge !

Ce lambrusco di Sorbara vous réconciliera des lambrusco d'autrefois, lourds, taniques et sucrés qu'on avait du mal à terminer. 
Peu dosé, mais très fruité, celui de Carpi & Sorbara est tout le contraire, il se boit comme du petit lait !!
16,25 $ / Code SAQ : 13586186

Haut de page

30 déc. 2018 par Monsieur Bulles
lussory gold 200 $ le flacon pour boire de l'or sans alcool !! Dubaï qui est un gros acheteur de luxe alimentaire s'offre son propre sparkling wine, forcément doré...


L'entreprise de luxe dubaïote Lootah Premium Foods vient de lancer un vin mousseux halal dans lequel l'alcool est remplacé par des feuilles d'or alimentaires d'une valeur de 24 carats, par bouteille ! 
Nommé Lussory Gold, ce flacon est composé de vin blanc Espagnol.  
L'alcool a été retiré grâce à la distillation sous vide, mise au point en Allemagne, puis élaboré selon la méthode traditionnelle.

Une folie futile de plus sur le marché...

Haut de page

20 déc. 2018 par Monsieur Bulles
Elisabetta rosé Les femmes oenologues sont encore rares dans l'univers des bulles. Dans celui du Franciacorta, Elisabetta Abrami fait figure de novice et pourtant, en moins de 15 ans, le domaine qu'elle a acheté en 2005 pour le conduire en méthode biologique, est déjà parmi les plus observés des amateurs. Les 2/3 plantés en pinot noir ont engendré un Blanc de Noirs qui, rapidement, a rencontré les éloges. Quant à son rosé, enfin sorti, il est à l'image du caractère de son élaboratrice : déterminé et élégant.

Commentaire de dégustation de la cuvée Rosé Brut d'Elisabetta Abrami :

Le premier nez rappelle un jus d'orange sanguine, puis quelques accents de noyaux de fruits donnent le ton à ce Franciacorta dont la vinosité rouge, très expressive en bouche, est habillée d'élégance grâce à l'effervescence aérienne. 
Le fruité parle davantage que l'élevage sur lattes, on ne s'oriente pas vers des notes pâtissières, mais plutôt vers celles de salades de fruits d'agrumes et de baies rouges. 
La fraîcheur, voire la pureté, parcourt toute la dégustation à l'équilibre soigné, depuis l'attaque jusqu'à la finale un tantinet amère, de celles qui font les excellents mousseux. 
Un franciacorta qui peut accompagner maints plats savoureux, comme par exemple, une entrée de sashimi de thon rouge, aux graines de sésame.

Bon appétit !
42 $ / En importation privée auprès de Divine Sélection / 514 242 1298

Haut de page

Page précédente
Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (206)
Articles sur les autres bulles (275)
Les dégustations horizontales (3)
Les dégustations verticales (1)
© 2016 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com