Les catégories de mousseux et de champagnes : Extra-Brut, Brut, Extra-Dry, Sec, Demi-Sec et Doux

11 avril 2017 par Monsieur Bulles
Tireuse manuelle en Champagne Le "Oups" dans la notion de dosage qui arrange les producteurs sans perturber le consommateur.
Après la tendance du champagne rosé des années 2000, la décennie 2010 a marqué la création de cuvées dites Extra-Brut, c'est à dire non dosées en liqueur d'expédition ou très faiblement, soit moins de 6 grammes de sucre (notez que lorsqu'un champagne a moins de 3 g de sucre, on pourra utiliser les mentions «brut nature», «pas dosé» ou «dosage zéro».) 

Cette catégorie a longtemps été une niche pour les petites maisons de champagne ou les vignerons indépendants, elle permettait de diversifier leur gamme de cuvées et elle laissait au chef de cave ou au vigneron élaborateur le choix de s'amuser à des expériences oenologiques quand le cycle végétatif d'une année s'était montré favorable et que la récolte avait été bonne. 

Nécessitant un taux élevé de sucre naturel et une acidité adéquate, en somme, une maturité exemplaire des raisins, les rares bons flacons d'Extra Brut provenaient souvent du sud de la Champagne, de la Côte des Bar. La cuvée Brut Nature de la famille Drappier est à ce titre, devenue une référence. Souvent destinées aux connaisseurs et aux "chineurs" de champagne, ces cuvées très pures connaissent actuellement un engouement, un gain de popularité. Il ne faut donc pas s'étonner si, dans la décennie 2010, certaines marques sortent des cuvées Extra Brut à coups - et à coût! - de grand renfort publicitaire.

La réglementation européenne en matière de dosage des vins mousseux et champenois est peut-être - également - un signe de cette nouvelle tendance. 

Discrètement diffusée auprès des vignerons, elle a en effet été changée en 2010  (Journal officiel de l'Union Européenne - Annexe XIV - CE 607-2009 de la Commission du 14 juillet 2009). 
Elle ne touche pas la catégorie Extra-Brut, mais elle re-situe plus clairement et logiquement la hiérarchie. 
Pendant des années, sur les 6 catégories autorisées, quatre se chevauchaient; permettant aux maisons de commercialiser finalement celle dont l'impact culturel était le plus efficace. Désormais, le champagne a 6 catégories promptement définies et pour mieux les expliquer, rien de mieux que de comparer l'avant d'après.

LES CATÉGORIES DE CHAMPAGNES ET LEUR TENEUR EN SUCRE AVANT 2010

CHAMPAGNE EXTRA BRUT entre 0 et 6 g/l
CHAMPAGNE BRUT inférieur à 15 g/l
CHAMPAGNE EXTRA DRY entre 12 et 20 g/l
CHAMPAGNE SEC entre 17 et 35 g/l
CHAMPAGNE DEMI-SEC entre 33 et 50 g/l
CHAMPAGNE DOUX supérieur à 50 g/l

LES CATÉGORIES DE CHAMPAGNES ET LEUR TENEUR EN SUCRE À PARTIR DEPUIS 2010:

CHAMPAGNE EXTRA BRUT entre 0 et 6 g/l
CHAMPAGNE BRUT inférieur à 12 g/l
CHAMPAGNE EXTRA DRY entre 12 et 17 g/l
CHAMPAGNE SEC entre 17 et 32 g/l
CHAMPAGNE DEMI-SEC entre 32 et 50 g/l
CHAMPAGNE DOUX supérieur à 50 g/l

Mais il y a un Oups ! Vous connaissez l'adage, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... surtout avec l'administration !

On peut lire au 3eme point de l' article 58 de cette annexe XIV à propos de la teneur en sucre : "Sans préjudice des conditions d'utilisation décrites à l'annexe XIV, partie A, la teneur en sucre ne peut être ni supérieure ni inférieure de plus de 3 grammes par litre à l'indication figurant sur l'étiquette du produit."

Ce nouvel alinéa (inexistant dans le précédent règlement) donne donc une variabilité possible de 3g/L.
De façon plus pragmatique, 12 gr+3 gr = 15g/L donc, un champagne ainsi dosé peut toujours porter la mention Brut.
Et par ailleurs, 4 gr +3 gr = 7 gr/L, donc un champagne dit Extra Brut peut être dosé à 7g/L ! 
Une fois encore, le consommateur va facilement s'y retrouver !

Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (205)
Articles sur les autres bulles (247)
Les dégustations horizontales (1)
Les dégustations verticales (1)
© 2016 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com