Dom Pérignon n'est jamais allé à Limoux!

22 déc. 2015 par Monsieur Bulles
Pierre tombale de dom Pierre Pérignon à Hautvillers Une légende urbaine et contemporaine au sujet de la création du champagne
Qui a inventé l'effervescence dans le vin ? 

Cette question génère bien des débats et agace souvent les représentants de certaines régions viticoles où le vin pétillant est emblématique ou populaire (Champagne, Limoux, Angleterre, Lombardie, etc). Chacun "défendant son biscuit", chacun apporte son argument historiquement archivé pour mieux commercialiser ses bulles.

Le vin effervescent embouteillé est, en fait, une création empirique et collective, tributaire de l'évolution des techniques de vinification et des arts de la table, dans toute l'Europe des Temps Modernes et des Temps Révolutionnaires.

Et concrètement, ce serait plutôt le climat qui aurait engendré l'effervescence vinique: ce qu'appellent les climatologues, le petit âge glaciaire, une période de refroidissement qui a touché l'Europe entre 1300 et 1850, dont certaines décennies ont présenté des étés froids et des hivers glacials. 
Les conséquences ont été nombreuses et variées, celles qui ont touché la flore et sa conduite par l'homme ont été déterminantes dans l'apparition de nouveaux produits dont le vin... qui devînt pétillant. 
Les  régions dont l'amplitude thermique quotidienne était déjà conséquente - c'est à dire les zones montagneuses - présentaient déjà des vins pétillants. Les manuscrits des communautés monastiques du Valais, du Piémont, de Lombardie ou du Trentin en parlent régulièrement. 

Même si elle n'était pas comprise, la fermentation alcoolique était freinée naturellement dans les caves par la fraîcheur des Pyrénées pour donner du vin avec du sucre fermentescible résiduel, peu alcoolisé et pétillant. L'industrie contemporaine du vin a simplement accepté que la communauté Bénédictine de Limoux soit la gardienne des origines officielles des premières bulles dans une bouteille de vin. 

Affirmer que Limoux est le berceau des bulles est aussi acceptable que d'affirmer que Dom Pérignon est le père du Champagne ou que Christopher Merret celui de la seconde fermentation en bouteille. 

Ce qui n'est pas acceptable, c'est de véhiculer que c'est au cours d'un pèlerinage chez ses confrères Bénédictins de l'Aude que le jeune dom Pierre Pérignon a observé le phénomène de l'effervescence pour mieux l'étudier à Hautvillers en Champagne. 

C'est faux. 

Aucune archive officielle, aucun texte, aucune missive émanant des deux abbayes ou d'une correspondance entre moines, commerçants ou aristocrates n'affirme ce fait. 
Qui aurait eu intérêt à véhiculer cette anecdote ? Les Champenois pour mieux asseoir la maîtrise historique de leur produit ou les Limouxins pour mieux asseoir leur enseignement gratifiant au célèbre moine dont on a fait un mythe ? 

Je l'ignore. 
Je pense surtout que la Blanquette de Limoux a sa propre identité et qu'il faut arrêter de vouloir la comparer au champagne, comme la plupart des autres vins effervescents qui ont leur propre AOP.
Source : Cahier Spécial Limoux - Guide Revel 2014 des champagnes et des autres bulles
Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (206)
Articles sur les autres bulles (275)
Les dégustations horizontales (3)
Les dégustations verticales (1)
© 2016 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com