Henriot à Montréal Passion Vin

25 nov. 2011 par Monsieur Bulles
Nous sommes le 25 novembre 2011, cette dégustation est présentée en ligne, au moment où je participe à Montréal Passion Vin. Mes commentaires sont simultanés à l'événement.
Montréal Passion Vin est un événement caritatif montréalais devenu aujourd'hui incontournable pour les producteurs de vins prestigieux. Depuis 10 ans, grâce à la générosité de ces producteurs qui offrent leurs vins et celle des passionnés qui viennent les découvrir en réservant leur place une année auparavant, MTL Passion Vin a pu reverser des millions de $ à la Fondation Maisonneuve Rosemont.
Thomas Henriot, représentant la 7ième génération de la maison Henriot a ouvert la 10ième édition qui s'est tenue les 25 et 26 novembre 2011. Avec son père Joseph Henriot, il administre aujourd'hui les domaines de la famille qui détient également des vignobles en Bourgogne (William Fèvre, Bouchard Père & Fils) et en Beaujolais (Villa Ponciago).
Au programme ? 6 millésimes de la cuvée des Enchanteleurs, cuvée de prestige de la maison Henriot.
Ça veut dire quoi « enchanteleurs » ? Il s'agit des personnes qui, autrefois, empilaient les fûts de chêne sur des madriers. Enchanteler signifiant empiler.
1808 consacre la création d'Henriot, même si la famille élabore du vin en Champagne depuis plus de 200 ans (1640). Le style de cette maison est selon Thomas Henriot, « aérien, élégant, ciselé », un style qu'il doit surtout au cépage chardonnay qui domine les cuvées. Il n'y a pas d'élevage sous bois chez Henriot.
Cuvée des Enchanteleurs 1998 (50 % ch / 50 % Pn)
1998 en Champagne = un mois d'août caniculaire qui a permis de rattraper une année moyenne)
Nez expressif et net, pâtissiers (frangipane, noisettes), au rancio léger et charmeur. L'attaque en bouche présente encore une certaine fermeté, aussitôt occultée par une couverture satinée, grâce à des bulles très nouées dans un volume léger et aérien. La fraîcheur se décèle en finale avec un caractère encore iodé. C'est une cuvée aboutie, déjà prête à boire. (18/20)
Cuvée des Enchanteleurs 1996
1996 en Champagne = Été capricieux avec des gelées sauvé par des vents qui ont précédé les vendanges.
Le nez est tout aussi net et expressif que le 1998, toutefois plus frais. Les arômes pâtissiers sont ici accompagnés de fruits blancs cuits. La minéralité est explosive (craie, silex) aussi bien au nez qu'en bouche, elle est accompagnée d'une pointe de torréfaction légère perçue en finale de dégustation dans un comportement encore mordant. C'est un vin droit, ciselé, qui a encore un potentiel de garde devant lui. (19/20)
Cuvée des Enchanteleurs 1995 (format magnum)
1995 en Champagne = une récolte abondante à l'état sanitaire incertain (vendanges retardées)
Le premier nez est curieusement discret, voire fermé. L'aération présente des arômes iodés, puis laiteux, enfin crayeux. La texture est veloutée, les bulles sont serrées et abondantes, les arômes sont d'une grande élégance, tout léger et ample à la fois. L'ensemble se montre plus jeune que les deux précédents millésimes. (18/20)
Cuvée des Enchanteleurs 1990
Expressif, le rancio d'évolution est net quoique discret. L'attaque est d'une fraîcheur exceptionnelle au point où l'on distingue encore une fermeté en bouche et des arômes de fruits blancs à la fois frais et cuits. La minéralité tapisse la bouche, les bulles virevoltent dans un volume aérien, c'est un champagne qui impressionne par sa jeunesse alors qu'il a plus de 20 ans! (19/20)
Cuvée des Enchanteleurs 1983
1983 en Champagne = de gros rendements et une qualité sur les pinots noirs exceptionnelle
Nez aromatique, orienté sur un rancio d'évolution (noix, mazipan, caramel blond), légèrement rafraîchi par des notes de beurre frais. L'attaque est veloutée, fine, les bulles sont des perles très nouées, peu mordantes. L'ensemble se montre dans une texture fondante et mûre. C'est un vin évidemment évolué, prêt à boire, à la palette aromatique fugace, toutefois riche. (18/20)
Cuvée des Enchanteleurs 1964
1964 en Champagne = un été très chaud avec des raisins très sains lors de la vendange.
Nez très expressif, à la fois « compoté » et iodé, plus torréfié dès l'aération. Logiquement plus « frizzante » en bouche que « spumante », les bulles sont nouées et fugaces, elles transportent des accents de chocolat blanc et forment une texture soyeuse et longue. C'est un vin qui a le goût et le comportement du temps qui passe, mais qui impressionne encore par sa droiture. (17/20)
En conclusion ?
Qui a dit que le champagne n'était pas un vin de garde ? S'il est un grand vin blanc de garde, anobli par les bulles, c'est bien le champagne et La maison Henriot est de celle qui le prouve.
Un immense merci à Montréal passion Vin et à Thomas Henriot pour ces instants magiques.
Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (214)
Articles sur les autres bulles (256)
Les dégustations horizontales (1)
Les dégustations verticales (1)
© 2016 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com