L'ambassadrice d'un moine à Montréal !

11 jan. 2012 par Monsieur Bulles
Fondée en 1729 par Nicolas Ruinart sous les encouragements de son oncle, le moine Dom Thierry Ruinart, la maison Ruinart est la plus ancienne maison négociante de champagne. Ses crayères où dorment les millions de bouteilles avant leur commercialisation sont parmi les plus anciennes et les plus reconnues de la ville de Reims.
C'est Claude Ruinart, petit-neveu du moine, à la fin du XVIIIe siècle, qui a l'idée d'acheter ces anciennes carrières de craie exploitées par les Gallo-Romains pour la construction de Reims et plus tard pour fortifier la ville. Ce stockage souterrain à température constante, sans aucune vibration, par 38 mètres de profondeur sur 3 étages devient alors la signature champenoise pour la conservation des vins. Le labyrinthe Ruinart, c'est 8 kilomètres de long ponctués par des cathédrales qui seront classées monuments historiques en 1931.
La marque possède aujourd'hui 17 hectares en propriété, toutefois, 90 % du vin est issu d'approvisionnement, acheté aux récoltants. La futaille n'intervient pas dans l'élaboration des champagnes de la maison qui met l'accent sur le chardonnay. Les vins de réserve ne dépassent pas 3 ans d'âge. Les administrateurs des champagnes Ruinart ont rendu hommage au moine bénédictin, 230 années après la création de la marque, en créant une cuvée de prestige qui porte son nom. 21 millésimes ont depuis été créés (le premier, commercialisé en 1969 était un 1959).
De passage à Montréal en décembre 2011, Amélie Chatin de l'équipe des oenologues de la maison présentait à la presse spécialisée les cuvées signées, actuellement commercialisées. Olivier de Montigny du restaurant La Chronique où a eu lieu cette rencontre nous a offert, au choix, des plats en parfaite harmonie.
Cuvée R de Ruinart - Brut - 74,75 $ au Québec - code 10326004 - autour de 30 euros / autour de 120 CH francs
14/20 dans le Guide Revel 2012
Délicat par des notes de viennoiseries (croissant, pain au lait) au nez qui couvrent celles d'agrumes, il s'exprime avantageusement en bouche grâce à une effervescence enveloppante qui transporte des effluves plus imposants de fruits blancs cuits (poires, pommes, pêches). Même si le pinot meunier a été réintroduit dernièrement dans cette cuvée, c'est un champagne peu corsé, voire léger, qui permet une polyvalence dans les harmonies culinaires, depuis l'apéritif jusqu'au dessert, selon les goûts.
Cuvée Blanc de Blancs - Brut - 90 $ au Québec - code 10708598 - autour de 45 euros / autour de 130 CH francs
16/20 dans le Guide Revel 2012
Très subtil dans ses arômes d'abord anisés qui enrobent ceux de fleurs printanières (muguet, lilas) qu'on décèle au nez, ce vin présente en bouche la sobriété du style de la maison : une mousse abondante, toutefois aérienne qui s'illustre dans un volume gonflé et léger. Pur, minéral, légèrement iodé, quelques notes de gingembre et de peaux d'agrumes apportent de l'originalité, c'est un champagne qui accroche par son élégance, sa volupté et des accents presque vanillés après plusieurs minutes dans le verre qui charment définitivement le consommateur.
Cuvée Rosé - Brut - 90 $ au Québec - code 10654850 - autour de 50 euros / autour de 160 CH francs
15/20 dans le Guide Revel 2012
Surprenant par sa simplicité, sa droiture, sa structure légère, ce champagne a tout de la fraise à l'eau, orangée : sa couleur, ses flaveurs et pourtant, il n'est pas mono-aromatique, car on décèle des accents très frais de rosée du matin, de fleurs de cerisiers qui illustrent une énergie contrôlée. Sans vinosité, c'est un champagne élégant et léger, avec une pointe balsamique en finale, dans le style de la maison, toutefois moins imposant dans le volume que les autres cuvées.
Cuvée Dom Ruinart 1998 - 249,25 $ au Québec - code 00533851 - autour de 110 euros / autour de 340 CH Francs
19/20 dans le Guide Revel 2012
Plusieurs fois dégustée depuis 2010, il continue d'évoluer; un léger rancio s'en dégage donc logiquement, mais la minéralité est toujours présente (craie, iode très subtile) pour être rapidement occultée par des accents de tilleul, de fruits confits qui rappelle les grands vins blancs de Bourgogne qui ont une dizaine d'années. Comme il y a un an, l'effervescence confirme cette maturité, elle abonde dans un volume ramassé, serré et s'illustre par des bulles finement nouées. Un vin exquis pour un grand repas.
Cuvée Dom Ruinart Rosé 1996 - Brut - 492 $ au Québec - code 10654850 - autour de 160 euros / autour de 600 CH Francs
19/20 dans le Guide Revel 2012
Il n'a pas bougé depuis 2011 et mon commentaire est sensiblement le même que dans le guide 2011. C'est un très grand champagne - très et trop dispendieux - qui curieusement, pour le millésime, se montre déjà mature autour d'arômes d'orangettes, de clafouti, voire de pain d'épices et de champignons dans une effervescence particulièrement riche et nouée. La minéralité est désormais discrète, l'ensemble se montre à la fois intense et délicat, autour de notes de sous-bois. Ce champagne présente une texture satinée qui peut facilement se conjuguer à table sur un plat de petits gibiers à plume. Un somptueux champagne aujourd'hui mature et prêt à boire.
Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (209)
Articles sur les autres bulles (252)
Les dégustations horizontales (1)
Les dégustations verticales (1)
© 2016 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com