Et si les coopératives faisaient les meilleurs champagnes ?

16 juin 2018 par Monsieur Bulles
Orpale 1996 de De St Gall Combien de fois ai-je entendu "c'est fait par une coopérative, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux..." Réflexion pouvant venir du profane comme de l'amateur de champagne, du sommelier comme du représentant en vin qui, peut-être, n'a jamais mis les pieds dans une coopérative viticole ! Et bien, savez-vous, il y a des cuvées exceptionnelles élaborées par toutes les coopératives - j'ai bien écrit toutes - et sans elles, le système champenois actuel ne fonctionnerait pas aussi bien. Voici pourquoi.


L'article écrit il y a quelques mois sur les Pet'Nat avait contarié plusieurs sommeliers, car je parlais de la "snobmellerie" dans le milieu de la restauration, au regard des cartes de vins proposées et des comportements professionnels de certains. 
Les réactions nombreuses et passionnées ont prouvé que j'avais mis le doigt sur une situation bien réelle des deux bords de l'Atlantique.
Je ne veux pas enfoncer le clou, mais le sujet des champagnes de coopératives m'oblige une fois encore à écrire qu'il y a une suffisance à leur égard dans la sommellerie actuelle, souvent due à un manque d'information, à de l'ignorance, parfois à de la mauvaise foi. 
Elle est malheureuse, car elle est diffusée à coup de belles paroles auprès du consommateur profane qui enregistre naïvement des propos lancés comme des paraboles telles que : "c'est un champagne de coop, pas d'un vigneron, c'est moins bon", "Les coop font du volume, donc forcément, c'est moins bon", "on ne sait jamais ce qu'il y a dans un champagne de coopérative", "ce sont des champagnes sans personnalité", etc... 
J'en passe et des meilleures.

J'éclaircis ici quelques points :

La majorité des vignerons champenois vendent leur raisin aux coopératives.
La majorité des vignerons champenois font élaborer leur champagne par une cave coopérative.
Les caves coopératives bénéficient du plus grand nombre des meilleures parcelles en Champagne.
Les caves coopératives disposent des meilleurs moyens pour sélectionner les meilleurs raisins en vue d'élaborer un champagne particulier.
Les cuvées de prestige des caves coopératives de Champagne, souvent méconnues, sortent fréquemment parmi les meilleures dans les dégustations à l'aveugle (quand elles y sont invitées).

En résumé, sans les coopératives en Champagne, le système s'écroule. 
Et sans les coopératives en Champagne, le soutien agricole et technique - voire moral - auprès des vignerons n'existerait pratiquement pas.

De plus, ce système mis en place par les champenois, soit celui qui unit le vignoble, la production et la vente, est jusqu'à aujourd'hui, le plus performant sur l'échiquier marchand international. 
Liés les uns aux autres, les récoltants et les négociants sont obligés de grandir ensemble ou de s'écrouler ensemble.

Cela ne veut pas dire que ce système est le meilleur, puisque tout est perfectible, toutefois, il est celui qui est le plus montré du doigt pour ses aspects positifs par toutes les appellations du monde vinique. 
Un vin de coopérative, qu'il soit de Champagne ou d'ailleurs, effervescent ou tranquille, n'est pas un vin moins travaillé qu'un autre. 
Et son origine n'est pas moins floue que celle du vin d'une parcelle renommée. Son origine est seulement celle de plusieurs parcelles assemblées qui pointent davantage vers l'équilibre de leurs caractéristiques additionnées plutôt que vers une typicité unique et marquée, une fois le vin élaboré. 

J'en veux pour preuve cette dégustation organisée à Vérone en novembre dernier, sans médiatisation, avec des collègues italiens mordus de champagne. 
L'Italie étant le 5ème marché du champagne dans le monde, elle est sans doute avec l'Angleterre, le pays où l'on compte les meilleurs dégustateurs de bulles. 

Chacun d'entre nous devait apporter un champagne de son choix, dont la seule exigence était le millésime : 1996.  
Un millésime encensé lors de la vendange, mais qui s'avéra trop rigide, trop incisif avec le temps, lancé trop tôt sur le marché par la plupart des maisons, bref, une sorte "d'infanticide". Certains se dégustent très bien aujourd'hui, d'autres ont finalement déçu.

Pourquoi donc écrire sur le sujet des coopératives de Champagne ? 
Parce qu'à mon étonnement - quand même - c'est la cuvée de coopérative que j'ai apportée qui a été le plus souvent plébiscitée.

Il s'agit de la cuvée Orpale 1996 de la marque De St Gall (la cave coopérative d'Avize). 
Elle a fait l'unanimité en entrant dans le Top 3 de chaque dégustateur. 
Attention, elle n'est jamais arrivée première, mais elle fut à chaque fois deuxième ou troisième parmi les 11 cuvées dégustées ce soir là, que voici :

NPU 1996 de Bruno Paillard
Dom Ruinart 1996 de Ruinart
Zoémie De Sousa 1996 Désirable de De Sousa
Blanc de Blancs 1996 de Palmer & Cie
Grand Cru Brut Millésimé 1996 de Égly-Ouriet 
Les Chétillons 1996 de Pierre Peters
Femme 1996 de Duval-Leroy
La Grande Dame 1996 de VCP
Louise 1996 de Pommery
Palme d'or 1996 de Nicolas Feuillatte

Notez également que le Palmer (coopérative) est arrivé en première place pour deux dégustateurs.
Le vin unanimement reconnu comme le plus frais, le plus jeune, fut Les Chétillons de Pierre Peters. Celui qui fut considéré comme le plus mature fut l'Égly-Ouriet. Le plus délicat fut le Ruinart et le plus riche, La Grande Dame.

Bref, comme d'habitude avec le champagne, il y en a eu pour tous les goûts et tout le monde fut satisfait tout en notant l'excellente prestation des champagnes de coopérative.
Et je retiens finalement que déguster à l'aveugle est toujours la meilleure façon d'avoir l'heure juste.Orpale 1996
Autrefois représenté au Québec, le champagne De St Gall a disparu des tablettes... Avis aux agents.
Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (228)
Articles sur les autres bulles (276)
Les dégustations horizontales (2)
Les dégustations verticales (1)
© 2016 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com