18 juin 2019 par Monsieur Bulles
CM anniversaire Est-il bien nécessaire de présenter cette maison ? Elle a développé et fait connaître le prosecco dans le monde entier. Fondée en 1868 par le père de l'École d'oenologie de Conegliano, Antonio Carpenè - qui s'associa à Angelo Malvolti - , c'est son fils Etile qui va réellement construire la marque à travers les débuts de la publicité artistique. Toujours familiale, l'entreprise est aujourd'hui dirigée par l'arrière arrière petite-fille de son fondateur, Rosanna. Pour le 150ème anniversaire de la maison, une cuvée particulière, habillée et bouchée comme autrefois, a été lancée en 2018. Retour vers le futur, donc...
Commentaire de la cuvée Brut - Valdobbiadene Conegliano Superiore DOCG 

Floral, délicatement anisé à l'aération, cet effervescent se présente avec la typicité aromatique locale de salade de fruits blancs qui domine toutes les autres saveurs après un certain temps dans le verre. 
L'attaque en bouche les révèle davantage, les bulles sont fines, vives, nouées, elles forment une crème qui tapissent les papilles tout en illustrant le volume d'un mousseux parfaitement équilibré.
On déguste à la fois la simplicité et l'aboutissement vinique du Prosecco Superiore.

Apéritif abordable, bulles classiques pour un fromage de chèvre, bulles tendances avec un dessert "meringué" ou bulles idéales pour vos cocktails, à vous de choisir...
contre étiquette cm
29,80 $ / Code SAQ : 13971519

Haut de page

14 juin 2019 par Monsieur Bulles
Nicolas Flamel Crémant de Grain Il fallait un Québécois pour oser déposer le nom, Stéphane Morin l'a fait. Historien de la bière et brasseur, il nous avait déjà agréablement surpris avec sa cervoise gauloise Alésia, lancée il y a 6 ans, et dont la recette avait été inspirée d'une compilation de textes anciens sur le sujet. Avec ce crémant de grain Nicolas Flamel dont je vous laisserai découvrir le parcours sur l'étiquette de la bouteille, on revient dans le présent avec une double fermentation, qui a suivi une mise en barrique de 14 mois pour une lente oxydation. Le résultat est original et unique. N'y cherchez pas le goût de la bière, n'y cherchez pas non plus celui d'un crémant. Le point commun est l'effervescence naturellement créée et patiemment guidée. C'est tout.
Commentaire du Crémant de grain Nicolas Flamel :

Le nez est très expressif, à la fois sur la peau de citron, presque confit, les levures de boulanger et une curieuse note de réglisse.
L'aération les exacerbe, sans développer d'autres accents.
L'attaque en bouche est fraîche, citrique, vive, particulièrement fruitée (bergamote, lime) avec une légère touche d'orange amère en finale qui rappelle les olorosos...
La texture se distingue d'une "bière"' habituelle, car elle est à la fois soyeuse et persistante au niveau de sa fine pétillance; la double fermentation est loquace à ce stade.
Il ne faut pas chercher le goût d'une bière, mais celui d'une boisson à la fois maltée et fruitée, riche, originale, sans doute unique, davantage acidulée qu'amère, qu'un fromage puissant à croûte lavée saura accompagner ou, tout en restant marginal, qu'on tentera avec des huîtres dont le côté iodé pourra concurrencer la finesse citrique qui court tout au long de la dégustation. Bio Flamel
20 $ en épiceries fines au Québec

Haut de page

10 juin 2019 par Monsieur Bulles
AF Nature Le domaine a vu le jour au 19ème siècle, mais il a longtemps été abandonné avant d'être heureusement repris à la fin des années 1970 par Franco Ziliani qui était alors à la direction de l'Azienda Agricola Guido Berlucchi. Depuis, Antica Fratta s'est hissée parmi les maisons d'appellation Franciacorta les plus cotées. À noter que les tarifs de vente de la gamme de cette marque sont particulièrement accessibles, comparativement à d'autres de l'appellation.


Commentaire de la cuvée Essence Nature Dosaggio Zéro 2009 de Antica Fratta - Franciacorta :


Issu du millésime 2009, ce vin a dix ans au moment de sa dégustation. Et pour une telle appellation, c'est l'âge minimum d'attente pour apprécier à la fois sa vinosité et le potentiel de garde qu'il peut encore avoir.
Le premier nez est axé sur un arôme particulier qui gommerait presque ceux de fruits jaunes qu'on devine en retrait : celui du tiramisu !

Cette torréfaction étonne et séduit, on sent le grué de cacao et le cappuccino avec quelques notes d'eau-de-vie de mirabelle. On pense la retrouver en bouche, toutefois, cet aspect grillé laisse la place à celui de l'hydromel.

Bref, l'effet du temps semble avoir pénétré ce vin puisque les notes de miel se laissent saisir dans les grands vins effervescents, après plusieurs années de repos. 

Elles partagent leur effet séducteur avec la texture crémeuse de l'effervescence dont les contours un tantinet citriques prouvent l'endurance de ce vin qui pourrait facilement attendre 2024 pour une autre dégustation...

Vous en avez chez vous ? 
Découvrez le aujourd'hui sur un plat de pétoncles grillés, un feuilleté de ris de veau aux champignons ou une entrée de volaille brune avec une sauce de votre choix, à la crème.

L'élégance et l'énergie de ce franciacorta ne vous laisseront pas indifférent !
Importation privée au Québec par Vins Balthasard / 40 $

Haut de page

19 mai 2019 par Monsieur Bulles
Borne Recaredo Un mini cataclysme s'est abattu cet hiver en Catalogne : 9 vignerons de renom ont quitté l'appellation DO Cava. Cela signifie qu'ils n'associeront plus leur nom à une bouteille de Cava, vin effervescent espagnol, mondialement célébré. Est-ce que cela va bouleverser la vie du consommateur profane de vin ? Aucunement. Est-ce que cela va bouleverser l'industrie viticole espagnole ? Certainement. C'est un peu comme le jeu des dominos alignés : on pousse le premier de la ligne qui entraîne dans sa chute tous ceux qui sont devant lui. Parfois, parce que l'alignement a été mal établi, la chute progressive s'arrête, laissant des dominos debouts. Cava et Corpinnat, c'est le jeu des dominos.
Tout d'abord, qu'est-ce que Corpinnat ? 

Corpinnat (contraction catalane de "nescut al cor del Penedes" = Cor-Pinnat = Né au coeur du Pénédès) est la marque d'une association de 6 vignerons renommés (Associació d'Elaboradors i Viticultors Corpinnat / AVEC) de Catalogne - aujourd'hui 9 vignerons - enregistrée en 2017, lancée en 2018, dans le but de valoriser un vin effervescent, véritablement catalan. 

On y trouve jusqu'à ce jour, les domaines Recaredo, Gramona, Nadal, Sabaté i Coca, Llopart, Can Feixes, Julia Bernet, Mas Candi et Torelló. 

Pourquoi une valorisation ? 

Simplement parce que les administrateurs de la DO Cava n'ont pas su, depuis 20 ans, faire évoluer leur cahier des charges et niveler par le haut, en tenant compte des avis de leurs meilleurs adhérents vignerons. 
Les alertes à l'interne, administratives et viticulturelles, avaient été envoyées. Rien n'a bougé dans le bon sens. 
Associée à des prix dérisoires (4 euros la bouteille de cava), l'appellation a été discréditée, malgré les efforts de qualité d'une poignée de familles, dont certaines ont d'ailleurs préféré joindre les rangs de l'appellation Classic Pénédès, créée en 2013.

Des lanceurs d'alerte non écoutés.

La sortie de la famille Raventos de la DO Cava en 2010 a été l'étincelle d'un feu assez lent à prendre, mais qui aujourd'hui, embrase une région. 
La création de Corpinnat a été la conséquence logique du laxisme de la DO Cava; Les deux entités ont vécu ensemble quelques mois, cependant, elles ne parlaient plus la même langue. La mention Corpinnat souhaitée par ses initiateurs sur des étiquettes de DO Cava était une revendication d'excellence et d'autonomie. Le message envoyé au consommateur aurait été clair : si vous lisez Corpinnat sur une bouteille de cava, c'est qu'il est excellent. Si Corpinnat n'apparaît pas sur l'étiquette, vous achetez des bulles anodines. 
Le divorce était prévisible.
On parle de sortie de Corpinnat de la DO Cava, mais y a t-il eu réellement une entrée ? 
Car d'un point de vue commercial, les effets de Corpinnat sur le marché des DO Cava ont été pratiquement nuls.
Ce n'est pas une sortie. 
C'est l'annonce officieuse d'une nouvelle appellation vinique, au coeur d'un terroir ancestral.
Elle témoigne des enjeux économiques et politiques dans le secteur agricole local et elle confirme les limites bureaucratiques du système des appellations en Europe. 

Le règlement Corpinnat résumé :

Corpinnat a été créé en vue de simplifier une démarche tout en la précisant. C'est en fait un mousseux européen «Vi Escumós de Qualitat» (VMQ / Vin Mousseux de Qualité) que n'importe quel vigneron a le droit d'élaborer sous certaines conditions : Seulement 46 villages appartenant à la région de l'Alt Penedès, du Baix Penedès, de l'Alt Camp, d'Anoia et du Baix Llobregat peuvent faire du Corpinnat (ce qui représente 22 000 ha). Le vigneron utilise ses propres raisins (il est propriétaire des parcelles), récoltés manuellement, issus de la viticulture biologique, spécifiques à la région historique du Pénédès (Xarel·lo, Macabeu, Parellada, Malvasia en blanc / Grenache, Monastrell, Sumoll et Xarel·lo Vermell en rouge) dans le but d'élaborer son propre vin tranquille et de le transformer en vin effervescent par seconde fermentation en bouteille, chez lui, et de l'élever au moins 18 mois sur lattes (9 mois pour le Cava). 
Il lui est strictement interdit d'élaborer des bulles pour un autre (1/3 de la production du cava n'est pas élaboré par la marque qui est sur l'étiquette). 
Aussi, Corpinnat a instauré une valorisation du prix au kg du raisin, vendu dans le Pénédès, avec un minimum de 0,70 euros / kg, ce qui représente le double du tarif des raisins, employés sur la DO Cava. 
Enfin et c'est, selon moi, le point névralgique de ce dossier : Corpinnat est une appellation de lieu, alors que la DO Cava est une appellation d'élaboration. Si cette dernière avait été une appellation comme celle du champagne ou du franciacorta, la situation serait ô combien différente.

La situation actuelle de la DO Cava.

Globalement, 230 millions de bouteilles sont produites annuellement et commercialisées sous la DO Cava, dont 85 % est contrôlé par trois marques, qui s'échangent la direction de l'appellation périodiquement : Freixenet, Codorníu et García Carrión. Même si les derniers chiffres commerciaux de la DO Cava sont flatteurs, le règlement de Corpinnat empêche logiquement la plupart des acteurs de l'appellation de se joindre aux neuf vignerons. 
Certes, la création du Cava de Paratge au sein de la DO Cava, en 2017, aurait pu freiner le mouvement séparatiste, mais il était trop tard. Recaredo et Gramona réfléchissaient déjà, suite à la sortie de Raventos I Blanc, a une solution bienveillante et restructurante. De plus, l'instauration des Paratge a été quelque peu baclée, rapidement pensée pour éteindre un feu déjà trop important, comme si on avait placé la charrue avant les boeufs : on a élevé au rang de références une quinzaine de lieux-dits dont les cavas qui en seraient issus, seraient élaborés avec plus de soin que tous les autres. 
Ce qui revient à dire qu'en-dehors des Cava de Paratge, le terroir et la qualité sont absents. De plus, en considérant les qualités d'un domaine hors de Catalogne, autorisé à faire du Cava, il pourrait revendiquer le terme Paratge, ce qui rend presque caduque l'essence de ce dernier. 

L'avenir de Corpinnat.
 
Si les instaurateurs ont proposé le nom Corpinnat comme une appellation de terroir avec des limites géographiques définies, sur le modèle d'une AOC régionale, qui permettra de faire évoluer son cahier des charges, le point qui m'apparaît délicat pour une reconnaissance publique future est tout simplement le nom : Corpinnat.
À moins de parler le catalan - et encore -, ce nom ne dit strictement rien à personne, car il n'existe pas ! Ce n'est pas une parcelle, ce n'est pas un lieu-dit, ce n'est pas un village, ce n'est pas une région. 
Cherchez le sur une carte du Pénédès, vous ne le trouverez pas. 
Or, donner le nom d'un lieu à un vin, l'ancre immédiatement dans le subconscient populaire, facilite sa reconnaissance et construit progressivement sa renommée parce que le consommateur y trouve facilement un repère. 
En revendiquant Conca del Riu Anoia en 2010, la famille Raventos ne s'est pas trompée sur ce point, même si elle attend toujours la reconnaissance officielle de ce lieu en tant qu'appellation vinique...
A moins donc, que Corpinnat ne devienne une nouvelle entité géographique validée par les instances politiques espagnoles, les vignerons qui l'incarneront ont davantage un travail de marketing à faire aujourd'hui, qu'un travail de vigneron, car de ce côté là, nous savons déjà qu'ils font effectivement les meilleurs vins effervescents d'Espagne.

À court terme, c'est une lutte juridique qui s'ouvre. David a terrassé Goliath, paraît-il...Montserrat, la chaîne de montagnes

Haut de page

8 mai 2019 par Monsieur Bulles
Rosé Brut du Château de Cartes Les progrès de la viticulture québécoise ont été remarquables depuis 30 ans, ceux en matière de vinification le sont tout autant depuis 10 ans ! La preuve ? Les bulles de la province. Aujourd'hui, la plupart de nos vignerons en font et il faut noter qu'il ne faut pas attendre plusieurs millésimes d'essais avant de les réussir. Avec une quinzaine de mois sur lattes, le rosé effervescent du Chateau de Cartes démontre que la patience engendre d'étonnantes cuvées.


Commentaire du Brut Rosé 2017 du Château de Cartes - Québec :


Curieusement discret au nez, ce vin étonne dès l'attaque en bouche par son caractère solide, voire tanique et ferme alors que le fruité rouge est pur, sans aucune note de sucre ou d'adjonction quelconque, encore trop souvent perçue dans certaines bulles de la province. 
Bref, on déguste un très bon mousseux rosé qui présente de légères notes de fraises et de noyaux de cerises. 
La vinosité domine la minéralité, la puissance est contenue. Le cépage st-croix a été judicieusement conduit.
On est en présence de bulles taillées pour la table, en tous cas pour une entrée ou un apéritif avec canapés variés et consistants.

Une très belle surprise qui confirme que les bulles sont l'avenir du Québec viticole, comme je le répète depuis 20 ans !

PS : attention, la cuvée dégustée (100 % st-croix non dosé) n'est peut-être pas la même qui est actuellement vendue en SAQ, présentant du radisson assemblé à du st-croix et dosé à 8 gr. 
Contactez le domaine pour de plus amples renseignements.
29,10 $ / Code SAQ : 12357453 / Représenté par l'agence Langevins au Québec

Haut de page

6 mai 2019 par Monsieur Bulles
Lo Sparviere N.7 Les amateurs de vin seront peut-être étonnés d'apprendre que la famille Gussalli Beretta, célèbre pour l'arme qu'elle a créée, est aussi propriétaire de domaines viticoles en Toscane, dans les Abbruzes et en Lombardie. Dans cette dernière région, c'est évidemment du Franciacorta qu'elle élabore. Lo Sparniere (l'épervier) est la marque enregistrée pour l'exploitation agricole de 150 hectares, située à Monticelli Brusati. 30 hectares de vignes y sont consacrées pour l'élaboration du Franciacorta.

Commentaire de dégustation :

De l'hydromel au nez et de l'hydromel en bouche, du moins dans les arômes, c'est ce qui prédomine nettement en ce qui concerne ce vin effervescent, composé exclusivement de chardonnay.

La texture est dense, les bulles s'accrochent au sein d'une enveloppe qui rappelle tout de même le citron confit dans les saveurs, apportant ainsi la fraîcheur attendue des bons mousseux.

C'est un Franciacorta qui a assez de matière et de présence pour soutenir un plat à table à base de crème par exemple, toutefois, les gourmands s'y précipiteront dès l'apéritif avec quelques pailles feuilletées au fromage.
Conre étiquette Sparviere
31,25 $ / Code SAQ : 13921706 / représenté par l'agence Tocade au Québec

Haut de page

22 avril 2019 par Monsieur Bulles
lapiaz Michel Tissot a été parmi les premiers vignerons du Jura a faire pétiller ses vins dans les années 1920. Quant aux vins Henri Maire, ils sont devenus la locomotive de la région. Le vignoble Tissot a été racheté par le groupe Boisset il y a 15 ans et en 2014, ce dernier acquiert la maison Henri Maire. Il fallait des bulles pour symboliser cette association locale. L'expertise en la matière de Georges Legrand et Marcel Combes, responsables du succès des crémants de Bourgogne Louis Bouillot depuis 25 ans, a fait le reste ! La cuvée Lapiaz - nom d'une roche calcaire à rigoles, typique du Jura - est un emblème. Ne la manquez pas !
Commentaire du crémant du Jura Tissot-Maire - Cuvée Lapiaz - Brut : 

Expressive et pourtant délicate, cette cuvée offre de subtiles notes pâtissières (pâte feuilletée, sucre brun) au nez qu'on retrouve dès l'attaque en bouche avec quelques touches d'hydromel se laissant saisir en finale de dégustation. 
On apprécie une texture ronde, conduite par une effervescence maîtrisée aux bulles foisonnantes et nouées. L'enveloppe est quelque peu citronnée.
Ce crémant du Jura joue la carte du classicisme, celui du mousseux qui garantit un plaisir simple et qu'il est facile d'avoir en permanence dans son cellier. 
Surtout à ce prix.
Idéal à l'apéritif, le Lapiaz Brut de Tissot-Maire peut facilement convenir avec un jeune comté, coupé en petits dés, si vous aimez les accords régionaux !contre étiquette Tissot Maire

Haut de page

15 avril 2019 par Monsieur Bulles
Rotkäppchen Fondé en 1856, à une époque où une partie de l'Allemagne est encore la Prusse, Rotkäppchen (Le Petit Chaperon rouge, en allemand) qui était encore, avant 1989, de l'autre côté du rideau de fer, est devenue l'une des plus imposantes entreprises vinicoles sur la planète ! Championne des bulles allemandes (Sekt), elle en commercialise annuellement 180 millions de bouteilles ! Contrôlée par les Nazis, puis par Soviétiques et enfin par les communistes de l'ex RDA, elle vendait à peine 1,8 million de bouteilles avant la chute du mur de Berlin. 30 ans plus tard, elle en vend 100 fois plus !
Société basée à Freyburg en Saxe-Anhalt, elle n'élabore pas que des bulles puisque 45 millions de bouteilles de spiritueux et 25 millions de bouteilles de vins tranquilles sortent chaque année sous ses différentes marques. 
Rotkäppchen, c'est 55 % de la production du vin effervescent allemand !

En 2002, la société rachète à Seagram les marques Mumm & Co, MM Extra et Jules Mumm, laissant au groupe Pernod-Ricard le champagne GH Mumm. Un an plus tard, elle met la main sur la marque Geldermann qui va devenir son haut de gamme en matière de bulles, puis la marque Blanchet entre à son tour dans la société.

Le succès des bulles de la société passe depuis 20 ans par une communication publicitaire à l'année longue, tandis que la concurrence se réveille surtout lors du dernier trimestre de chaque année, visant surtout les fêtes de noël et du nouvel an. Si les Allemands sont les premiers consommateurs de bulles dans le monde, Rotkäppchen y est pour beaucoup.

L'autre point de la stratégie gagnante au niveau des Sekt de la société réside dans leur tarif : il est le même pour tous les vins ! 5 euros. Quel que soit le marché, le groupe vend ses vins au même prix. Si le détaillant offre un rabais ou augmente ce dernier, c'est lui qui assume les effets.

Lors d'une visite récente des installations, le directeur de production confiait que la chaîne d'embouteillage fonctionne 24h/24h, cinq jours sur sept ! 
50 000 bouteilles par heure sont etiquetées, emballées et expédiées !

Lorsqu'on analyse donc la gestion et les chiffres de l'entreprise, on ne peut être qu'admiratif.

Toutefois, le groupe a un souci majeur depuis longtemps : 97 % de son marché est allemand. 
Et si certaines étiquettes présentent une qualité honorable, capable de rivaliser avec les meilleurs effervescents internationaux, personne ne le sait. 
Le monde ne connaît, pour ainsi dire, aucune de ses marques. 

L'acquisition du prosecco Ruggeri en 2017 est à considérer comme une nouvelle étape dans l'évolution de Rotkäppchen : la conquête d'un marché international. 

Le petit chaperon rouge est sorti du bois. Va t-il s'attaquer à d'autres loups hors d'Allemagne dans les années 2020 ? Dans tous les cas, il est équipé pour le faire...


badge d'accès
Le voyage et les visites de domaines viticoles en Allemagne ont été organisés par Wines of Germany

Haut de page

12 avril 2019 par Monsieur Bulles
Chaîne d'embouteillage Avec un vignoble dont plus des deux tiers est planté de cépages blancs (principalement riesling et müller-thurgau), l'Allemagne est le troisième producteur de vins effervescents dans le monde (20 millions d'hectolitres annuellement) et surtout, le premier consommateur de vins effervescents, toutes méthodes d'élaborations confondues ! En effet, les Allemands importent en plus 1,3 millions hectolitres de mousseux et de perlants étrangers ! C'est pourquoi, on connaît mal le vin effervescent germanique hors de l'Allemagne, puisqu'il est surtout consommé par les Allemands !
On compte actuellement 1362 entreprises artisanales et industrielles qui produisent du vin effervescent en Allemagne.
Les trois premiers producteurs de vin effervescent (ou Sekt) sont le groupe Rotkäppchen-Mumm, le groupe Schloss Wachenheim et le groupe Henkell-Söhnlein. 
À elles trois, c'est 80 % de la production de bulles du pays !

Rotkäppchen (la capsule rouge) est presque devenu un nom commun en allemand, fort du succès depuis plus d'un siècle des bulles de la marque. On n'achète pas un mousseux de l'autre côté du Rhin, on achète du Rotkäppchen.

Les vins effervescents allemands sont classés en trois catégories déterminées, non pas par la provenance géographique en priorité, mais par le poids et la qualité du moût pour la cuvée, puis la méthode d'élaboration : le Schaumwein (vin mousseux), le Qualitätsschauwein ou Sekt (mousseux de qualité) et le Qualitätsschauwein bestimmter Anbaugebiete (mousseux de qualité provenant d'une région déterminée).

Schaumwein

Vin dont l'effervescence est obtenue par la première ou la seconde fermentation alcoolique des raisins, du moût de raisin ou d'un vin sec qui dégage du dioxyde de carbone à l'ouverture de la bouteille. Sa teneur minimum en alcool doit être de 9,5 % et la surpression par le CO2 supérieure à 3 bars. Il peut être élaboré en brut nature, extra-brut, brut, extra dry, demi-sec et doux.

Qualitätsschauwein ou Sekt

Mousseux qui peut être élaboré selon la méthode en cuve close, la méthode de transfert ou la méthode traditionnelle. Après la deuxième fermentation, ils doivent titrer au moins 10 % d'alcool et 3,5 bars de pression.
Le terme Sekt provient de l'évolution et de la dérivation du mot Sack qui, du 16ème  siècle au 19ème siècle, désigna d'abord les vins mutés espagnols, puis le Xérès et enfin, un vin blanc, parfois mousseux, qu'on servait dans les tavernes allemandes. 
Ce dernier obtint son nom à cause du dramaturge allemand Ludwig Devrient qui, en 1825, demanda en entrant dans un restaurant, un verre de Sack à la manière du héros shakespearien Falstaf. Le personnel ne comprenant pas le comédien, on lui servit un verre de vin blanc pétillant. L'anecdote berlinoise devint nationale et après quelques années, on désigna un vin qui pétillait par le terme Sekt. 
Le Sekt peut être élaboré avec tous les cépages autorisés par l'Union européenne. Cependant, si la mention Deutscher Sekt est inscrite sur l'étiquette, les cépages doivent provenir d'Allemagne. Enfin, si la mention Sekt b.A. est indiquée sur l'étiquette, les cépages doivent provenir d'une région allemande déterminée (voir catégorie suivante). 
En outre, la mention Winzersekt signifie que le vin effervescent est entièrement artisanal, qu'il a été élaboré depuis la conduite de la vigne jusqu'à la mise en bouteille, par le vigneron, sur son domaine. 
Les cépages les plus utilisés pour l'élaboration des meilleurs vins, c'est-à-dire les Deutscher Sekt, sont le riesling, le pinot noir, le pinot meunier, le pinot gris, le pinot blanc, le sylvaner, le chardonnay, le rieslaner, l'elbling, le kerner, le scheurebe et le gewurztraminer.

Qualitätsschauwein bestimmter Anbaugebiete

Ces vins suivent les mêmes règles que la catégorie précédente, tout en étant originaires d'une région délimitée. Enfin, une fois élaborés, ils sont testés par un comité d'au moins trois experts d'État qui déterminent si les conditions de couleur, de limpidité, d'effervescence et de caractéristiques des cépages sont représentatives des qualités de l'appellation. 

À ces trois catégories, on peut ajouter le Perlwein, un vin pétillant qu'on a vulgarisé sous le nom de « Secco ». L'essor du Prosecco d'Italie, devenu phénomène commercial, a indubitablement influencé les instances allemandes dans le choix de ce terme. Il se distingue du Schaumwein par des bulles plus fines qu'on assimile à des perles, d'où son nom. Il est toujours obtenu par une fermentation en cuve close et est élaboré en sec, demi-sec et doux. Sa production est industrielle, elle est la catégorie la plus produite en Allemagne. Elle s'établit à partir de moûts et de vins produits localement ou importés, en fonction des besoins et des prix du raisin naturel.

Crémant, la mention française autorisée

Enfin, depuis 2009, on peut rencontrer le terme Crémant sur une bouteille de bulles allemandes. Le consommateur peut être dérouté parce que même si le terme Crémant oblige l'élaborateur à suivre des règles strictes, adaptées à l'Allemagne en matière de cépages, qui sont les mêmes que celles instaurées pour la France, la Belgique ou le Luxembourg, il reste qu'il ne sonne pas très germanique. Ainsi, certains vignerons l'ajoutent à leur étiquette parce qu'ils prétendent que le terme est plus crédible, qu'il valorise la méthode traditionnelle. Généralement, ces vignerons sont proches de la frontière française, l'influence linguistique les a guidés dans ce choix. Sur la même étiquette seront mentionnés les termes Klassische Flaschengärung, garantissant la méthode classique (traditionnelle). 

Les mentions importantes qu'il faut connaître

Klassische Flaschengärung : méthode traditionnelle (seconde fermentation en bouteille).
Flaschengarüng : il s'agit de la méthode transfert, et non de la méthode traditionnelle (double fermentation dont une en cuve).
Il y a 3 vins effervescents allemands au répertoire de la SAQ.

Haut de page

10 avril 2019 par Monsieur Bulles
Haddock Farnito Brut de Carpineto, c'est excellent !

24,40 $ / Code SAQ : 11341855

Haut de page

Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (214)
Articles sur les autres bulles (292)
Les dégustations horizontales (3)
Les dégustations verticales (1)
© 2019 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com