30 oct. 2019 par Monsieur Bulles
b paillard blanc et rosé Créée en 1981 par Bruno Paillard, cette maison est résolument moderne, tant dans ses bâtiments et sa cuverie que dans le style de ses vins : audacieux, déterminé, contemporain, perfectionniste. Depuis bientôt 40 ans, Bruno Paillard travaille en famille sur plusieurs appellations de vins français, le champagne étant sa signature de prestige.
Commentaire du champagne Bruno Paillard - Première Cuvée - Extra-Brut (dégorgé en mars 2018) :

Immédiatement porté sur les agrumes au nez (pamplemousse, mandarine), on perçoit à l'aération de subtiles notes de fruits jaunes plus tropicaux, puis de pain grillé. 
C'est pourtant un vin plus axé sur les fruits et la fraîcheur que sur les pâtisseries et les notes d'évolution, comme le confirment les saveurs en bouche transportées élégamment par une effervescence perlante et longue. 
Un champagne d'un équilibre toujours constant, peut-être plus droit qu'il y a quelques années, en raison d'un dosage très faible. 
Sourire garanti à l'apéritif.

Commentaire du champagne Bruno Paillard - Première Cuvée - Extra-Brut Rosé (dégorgé en janvier 2018) :

À la fois floral et fruité au nez, ce rosé se révèle puissant, rond et raffiné. 
Ses arômes de fraises et de framboises font agréablement écho à un feuilleté aux fruits d'été. Les bulles se comportent comme des perles légères, elles permettent une belle longueur finale en bouche. 
Bref, il s'agit d'un vin qui a suffisamment de corps pour soutenir un plat exotique, mais peu relevé, ou un fromage aux saveurs affirmées.
Le faible dosage permet aussi de glisser ce rosé en cave quelques années si vous préférez un léger rancio de maturité.
Blanc : 69 $ / Code SAQ : 00411595 - Rosé : 86,25 $ / Code SAQ : 00638494

Haut de page

23 oct. 2019 par Monsieur Bulles
platine de n.maillart Vigneronne depuis Louis XV, la famille Maillart a, comme la majorité des récoltants champenois, distribué son raisin aux grandes maisons pendant des décennies avant d'élaborer elle-même ses vins. En 2003, Nicolas Maillart, représentant la neuvième génération a décidé de se lancer seul dans l'aventure de la production et du négoce (16 ha) en investissant dans une nouvelle cuverie, de nouveaux outils d'élaboration et une nouvelle façon de conduire la vigne. Quinze ans plus tard, il fait partie de cette relève dont on parle de plus en plus en Champagne.
Commentaire de la cuvée Platine Brut de N. Maillart :     

Subtilement anisé au premier nez, ce champagne se révèle davantage sur les fruits jaunes une fois en bouche et c'est surtout l'énergie qui s'y dégage qui séduit, même si l'effervescence reste caressante et onctueuse. 
La maturité du fruit est expressive, les arômes sont subtilement boulangers, la vinosité est gourmande sans être lourde, le pinot noir domine l'assemblage par son bouquet et la structure qu'il anime; 
bref, c'est un bon champagne, accessible et impeccable pour un apéritif avec canapés variés. 
Avis aux amateurs, la quantité est très limitée au Québec.
Code SAQ : 13567778 - 15/20 dans le Guide Revel - 51 $

Haut de page

30 sep. 2019 par Monsieur Bulles
David Bourdaire-Gallois David Bourdaire-Gallois, vigneron à Pouillon dans le Massif de Saint-Thierry en Champagne est de retour à Montréal. Je vous parlerai plus tard de ses vins; en attendant, je reviens ici sur une verticale de BSA qu'il avait initiée lors de son premier séjour Québécois. Je vous présente ici mes commentaires et vous invite à visionner la vidéo jointe de 20 secondes qui montre David B-G dégorger une bouteille à la volée.


Verticale de Brut Sans Année (base millésimée), 100% Pinot Meunier :


Si la Champagne élabore des cuvées issues d'un seul millésime, plus de 90 % de sa production représente des assemblages de deux à trois années, parfois plus, c'est à dire qu'on ajoute au vin de la dernière récolte, dit "vin de base", d'autres vins dit "de réserve". 
On appelle ce vin un Brut sans Année (BSA) ou un multi-millésimes.

Le vrai laboratoire champenois est celui qui possède dans ses archives viniques plusieurs BSA, permettant de constater l'empreinte du temps sur le vin afin de mieux observer son évolution en fonction des caractéristiques climatiques et aratoires de toute une année.


BSA - Base 2012 - 15% de vin de réserve - pinot meunier fermenté en foudre âgé (- de 10 %) - Malolactique élaborée - Non dosé
Nez de levure de boulanger avec une note légèrement grillée à l'aération qui rappelle les pignons de pin. Effervescence aérienne. Très sec dans le comportement, jeune et citrique dans les contours, fruité jaune dans l'ensemble couronné par un accent d'arachide. 

BSA - Base 2011 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en foudre âgé - Malolactique élaborée - Non dosé
Parfumé, grillé (un peu cacahuète : effet 2011) au nez et en bouche. Plus aérien que compact dans le comportement. Peu charmeur, trop ferme et trop court, bref, très représentatif du millésime.

BSA - Base 2010 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en foudre âgé - Malolactique élaborée - Non dosé
Beaucoup de noyaux au nez, en bouche aussi avec un soupçon d'amertume de peau de noix de Grenoble et une grande impression de chaleur. Effervescence riche quoiqu'aérienne. Arômes expressifs et légèrement biscuités après plusieurs minutes.

BSA - Base 2009 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé 
Nez très frais, "ozonée", qui révèle des arômes de poires au sein d'une effervescence souple, peu dense, mais perdurante. Caractère subtilement iodé en bouche.

BSA - Base 2008 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé 
Nez avec un subtil rancio de début d'évolution, d'une très grande fraîcheur toutefois, gommée en bouche par une fermeté expressive à l'attaque, une enveloppe subtilement citrique et une tension plus soulignée que sur le 2009. Grand potentiel d'endurance. 

Pas de 2007 dégusté pour raison de commercialisation.

BSA - Base 2006 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé 
La maturité est bien présente au nez, et pourtant le premier nez rappelle la mer pour se faire beurré à l'aération, derrière des arômes de noyau, d'eau-de-vie de mirabelle (typique du meunier) et de fruits secs. Aussi riche dans l'effervescence que le 2008, un subtil rancio se dégage en finale, curieusement fuyante. Ce vin pourrait facilement accompagner du poulet grillé. Parmi les meilleurs de la série.

BSA - Base 2005 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé
Charmeur et incroyablement iodé pour son âge à l'ouverture, il évolue toutefois très vite dans le verre, se faisant plus grillé que le 2006 avec une absence de rancio surprenante qui se laisse saisir uniquement en bouche, derrière des arômes de salade de fruits jaunes au miel. Ce n'est pas le plus charmeur du lot, le plus complexe sans doute, le plus versatile, mais peut-être le plus facile à adapter à table avec une grande polyvalence de met.

BSA - Base 2004 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé 
Le nez exprime vraiment l'âge du vin à travers des notes pourtant marines (algues) sans aération, puis de fruits jaunes confits qui rappellent aussi l'aspect grillé d'un foudre alors que ce vin n'a jamais connu le bois. Dense en bouche, logiquement moins mordant, la rancio est moins appuyé que sur le 2006 et se laisse occulté par des notes de calvados. 

BSA - Base 2003 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé
Nez de pâte de fruits, de coing, de salade d'agrumes au miel qu'on ne perçoit plus une fois le vin en bouche. La texture est à la fois ferme et ronde, elle dégage une amertume de malt qui perdure jusqu'en finale. Peu charmeur, très vineux, mais complexe et original. Un vrai vin de laboratoire.

BSA - Base 2002 - 20% de vin de réserve - Pinot Meunier fermenté en cuve d'acier inoxydable - Malolactique élaborée - Non dosé 
Grand nez, à la fois frais et évolué, dans l'équilibre d'un vin qui a plus de 10 ans. Il oscille entre les arômes de beurre, de poire chaude, de chocolat blanc et ceux d'amandes fraîches, de citron confit et de frangipane. D'une belle énergie en bouche, c'est un champagne qui prouve simplement qu'un BSA bien élaboré, issu d'une base de grand millésime, peut être aussi somptueux qu'une cuvée de prestige. C'est le meilleur vin du lot, il illustre le millésime.
La vidéo jointe ci-dessous vous montre David Bourdaire réalisant le dégorgement à la volée de l'un des vins dégustés

Haut de page

27 sep. 2019 par Monsieur Bulles
bdn de devaux Le pinot noir domine largement l'encépagement de la Côte des Bar en Champagne et la marque Devaux s'en fait l'ambassadrice depuis de nombreuses décennies. Si le nouvel habillage a d'abord dérouté la clientèle fidèle, le vin lui, n'a pas bougé ou alors, il s'est amélioré, car autant d'intensité à ce niveau de prix, c'est une prouesse qui illustre le savoir-faire vigneron des adhérents de la cave et le talent du chef de cave Michel Parisot. Blanche et sobre, la nouvelle étiquette véhicule le terroir local à travers Devaux que les amateurs se doivent de redécouvrir à chaque instant.
Commentaire de la cuvée Blanc de Noirs Brut de Devaux :

Nez expressif, intense et un tantinet anisé. 
L'aération apporte son lot de notes très légèrement toastées, plus blondes que brunes et la réglisse signe la trame aromatique du pinot noir local. 
L'effervescence est légère, toutefois les bulles sont des perles, le volume en bouche apparaît mieux construit, plus riche qu'il y a quelques années. 
La puissance est contenue, le dosage est parfait, l'ensemble est sec; ce champagne est à découvrir en apéritif avec les canapés maison de votre choix.

Lieu : Domaine de Villeneuve  10110 Bar-sur-Seine 
Téléphone : 03 25 38 30 65  

Code SAQ : 11588381 / 52,25 $

Haut de page

24 sep. 2019 par Monsieur Bulles
libertine de p.berthelot Descendant d'Émile Berthelot qui démarra son exploitation viticole en 1884 en vendant son raisin aux grandes marques champenoises, Arnaud Berthelot élabore aujourd'hui ses propres cuvées comme son grand-père qui fut le premier à déposer le nom de la famille. Avec sa femme Valérie Saintot, ils exploitent 16 hectares de vignes autour sur Dizy, Dormans, Avenay, Aÿ et Bisseuil. Majoritairement issus de chardonnay et de pinot noir, les vins d'assemblage de récoltes passent au moins 4 années en cave et les cuvées millésimées sortent quand la famille juge qu'elles sont à point. Quant au pinot meunier, place à une Libertine qui ne manque pas de personnalité !

Commentaire de la cuvée Libertine Brut du Champagne Paul Berthelot :

Le nez rappelle le pain de campagne, la vinosité est puissante, elle est proche des effluves d'une cave d'élevage de brandy. Déroutant donc comme le pinot meunier peut l'être avec son bouquet d'évolution précoce. 
L'aération confirme l'aspect céréalier et l'attaque en bouche est marquée par un côté malté blond que seule l'effervescence riche et abondante vient arrondir.
Est-ce qu'un dosage supérieur aurait apporter davantage de charme ? 
Ce champagne n'en manque pas, mais il est pour initiés, car il n'a pas les arômes classiques de pâtisseries beurrées et même sa minéralité n'est pas saline, mais bien argileuse, ce qui fait sa particularité.
Le malt se fait grillé après quelques minutes, la croûte de baguette de pain apparaît; il bouge le Dizycien, tout en restant original. 
Après 20 minutes dans le verre, il me rappelle certains rares pinots meuniers californiens qui fleurent le raisin très mûr, presque gagné par le botrytis, voire ces nouveaux vins dits oranges, sauf qu'ici, c'est bien un cépage noir qui a pris les allures d'un blanc de macération pelliculaire.
On est dans l'univers du vin blanc habillé par le temps d'une cape oxydative légère qu'il faut manoeuvrer à table sur un plat tout aussi original. Les bulles nous rappellent seulement qu'on est dans la Marne.
Évitez l'apéritif, passez à table et présentez-le avec des sushis, des vrais, ceux qu'on fait devant vous avec le riz encore tiède. 
Dans tous les cas, cette Libertine ne rend pas indifférent et comme le dit la chanson : "Quand de mes lèvres tu t'enlèves, un goût amer me rappelle que je suis au ciel"...
Non disponible au Québec / en recherche d'agent

Haut de page

10 sep. 2019 par Monsieur Bulles
lallier grand rosé Cinq générations de vignerons se sont succédées avant que René-James Lallier, administrateur de la maison, décide en 1995 (en acquérant le vignoble de la maison René Brun) de se lancer dans le négoce du champagne avec ses propres cuvées, issues des douze hectares familiaux. En 2004, Francis Tribaut prend le contrôle de la maison qu'il revalorise et positionne sur les meilleurs marchés. Il emploie les vins de réserve de façon homéopathique, comme les épices d'une délicieuse recette parfaitement réalisée ; les cuvées gardent leur pureté tout en étant judicieusement habillées par les effets du temps.
Commentaire de la cuvée Grand Rosé Brut de Lallier :

Très subtilement toasté au nez avec quelques notes de mandarines confites à l'aération, ce champagne rosé charme immédiatement et confirme son jeu de séduction en bouche grâce à une belle enveloppe acidulée qui entoure une effervescence à la fois fougueuse et compacte.
Tantôt sur des arômes discrets de fruits rouges, tantôt sur ceux d'agrumes confits, il offre une texture à la fois crémeuse et un tantinet tannique qui soutiendra facilement un met de belle ampleur. 
Un rosé d'une grande tenue, étonnamment accessible pour un Grand Cru de champagne !
On passe à table donc ? 
Quiche au saumon frais et fromage de chèvre à l'aneth, truite au beurre safrané cuite au four ou escalope de dinde à l'estragon devrait vous surprendre agréablement.
49,75 $ - Code SAQ : 12560881 / 16/20 selon le barème du Guide Revel

Haut de page

5 sep. 2019 par Monsieur Bulles
Arômes du champagne Savoir distinguer les saveurs du temps qui passe... dans le champagne ! Car oui, le champagne est un vin qui se garde et pour mieux vous conseillez de tenter l'expérience de laisser des bouteilles dans votre cellier, durant quelques années, voici une idée de ce que vous dégusterez plus tard...


Dans l'univers des vins effervescents et en particulier dans celui du champagne, on parle de Blanc de Blancs lorsque le vin comporte essentiellement du chardonnay et de Blanc de Noirs lorsque le vin comporte surtout du pinot noir et/ou du pinot meunier. 
Si ces 2 catégories offrent évidemment deux palettes aromatiques et gustatives différentes, elles évoluent chacune de leur côté avec le temps qui passe et ce sont ces étapes que je vous présente ici, pour mieux apprécier la richesse du champagne. Sachant qu'en général, les bons champagnes non millésimés sont commercialisés 2 à 3 ans après leur élaboration, les fourchettes de durée mentionnées en tiennent compte.   

Blanc de Blancs: moins de 5 années après achat   

La robe sera de couleur ivoire à jaune très pâle aux reflets verts, le nez sera axé vers les fleurs blanches ou roses, les fruits blancs et jaunes acidulés et les notes herbacées. En bouche, l'acidité, la nervosité et la fraîcheur qui rappellent souvent le sel (minéralité) seront nettes et expressives. L'effervescence sera fougueuse ou aérienne.   

Blanc de Blancs: 5 ans à 9 ans après achat   

La robe présentera une couleur jaune or pâle, plus soutenu si le vin a connu un séjour en fût. Le nez sera axé sur les fruits blancs et jaunes très mûrs, quelques notes de fruits séchés se laissant facilement capter, un caractère qui rappelle le beurre frais et les pâtisseries feuilletées sera également perceptible. En bouche, l'acidité sera moins tranchante, toutefois décelable en finale de dégustation, le caractère de l'effervescence se fera plus charnel.   

Blanc de Blancs: au-delà de 9 ans après son achat.   

La robe présentera une couleur dorée aux reflets qui rappellent les nuances du bronze.  Le nez se montrera cuit ou grillé avec toutes les nuances également, en fonction de la nature de l'arôme perçu: pain, fruits, graines, noyau, pâtisseries, champignons, etc... En bouche, la texture sera ronde et enveloppante, elle pourra toujours être marquée par une fine acidité quand le vin sera de grande qualité. 

Blanc de Noirs: moins de 5 années après son achat  

La robe sera de couleur chair à jaune pâle aux reflets blonds, le nez sera axé vers l'anis, le fenouil, les feuilles d'arbustes, les baies rouges et les fleurs blanches. En bouche, l'acidité sera enrobée par la rondeur du vin. Les flaveurs pourront rappeler le thé aux fruits rouges, les agrumes confits, voire la réglisse. L'ensemble sera plus consistant que tendu, la texture sera accrocheuse.   

Blanc de Noirs: 5 ans à 9 ans après achat.     

Comme pour un Blanc de Blancs, la robe présentera une couleur jaune or pâle, plus soutenu si le vin a connu un séjour en fût. Le nez sera axé sur les fruits jaunes très mûrs, les petites baies rouges et les fruits secs tels que les amandes, les noisettes, voire les pistaches, ainsi que les céréales sucrées ou grillées. Si un caractère pâtissier se laisse saisir, il rappellera les tartes à la crème pâtissière et aux fruits blancs et les feuilletés peu beurrés. En bouche, les arômes seront légèrement toastés - plus blonds que bruns - ou cuits, la texture sera satinée et présentera une fine acidité dans son enveloppe.   

Blanc de Noirs: au-delà de 9 ans après son achat.   

La robe présentera une couleur dorée ou ambrée aux reflets qui rappellent les nuances du vermeil.  Le nez se montrera expressif, plus grillé que toasté, voire puissant et rappelant les eaux-de-vie. Les arômes seront légers ou marqués, souvent axés sur les fruits en compote, le miel, le sirop d'érable, les notes de  sous-bois, les feuilles mortes mouillées, les champignons, la torréfaction de grain. En bouche, la texture sera ronde et enveloppante, l'impression de plénitude et de gourmandise sera nette et longue.

Haut de page

2 sep. 2019 par Monsieur Bulles
Mater & Filii Jérôme Dhuicq a hérité de 2,5 hectares de vignes en Champagne sur la commune de Dormans, dans la Vallée de la Marne. Le pinot meunier domine nettement l'encépagement familial, toutefois, sur les 20 000 bouteilles commercialisées chaque année - et oui, on est très loin des dizaines de millions de flacons des grands marques - un petit millier de chardonnay et un autre de pinot noir trouvent leur place, parmi les 7 cuvées bichonnées de pinot meunier. Bref, Mater & Filii, lancé en 2012, c'est du champagne cousu main. La fermentation malolactique est systématique et la liqueur de dosage (7 grammes) est la même pour chaque vin. Je vous présente ici 4 étiquettes qui se détaillent en Europe entre 20 euros et 27 euros.
Cuvée Blanc de Blancs - Brut - Mater & Filii :

Belle fraîcheur au premier nez avec une note peu banale de melon, pour rapidement se diriger vers celle d'un jeune Chablis. Peu tranchant à l'attaque en bouche, on déguste un B de B séduisant, expressif et mature tant dans les arômes de pain frais, de fleurs d'acacia et de beurre fouetté que dans le comportement de l'effervescence, bien construite, ronde et ample. 
Un Blanc de Blancs convaincant que des pétoncles grillés complèteront aisément.

Cuvée Fût de Chêne - Brut - Mater & Filii :

Alors qu'on peut s'attendre à une vinosité marquée par des notes d'acacia étant donné le passage, certes mesuré, du premier vin en fût de chêne (6 mois), on découvre un champagne davantage orienté vers des arômes de pommes rainettes bien mûres, de raisins secs et d'épices douces. 
Un soupçon grillé se laisse capter après plusieurs minutes dans le verre, toutefois, ce 100 % pinot meunier laisse le souvenir d'un fruité jaune frais qu'on pourra apprécier en apéritif avec quelques dés de gouda, par exemple.

Cuvée Blanc de Noirs (Pinot Noir) - Brut - Mater & Filii :

Expressif et pourtant subtil dans ses arômes, ce 100% pinot noir bouge beaucoup une fois versé dans le verre, allant de la fraise jusqu'à la vanille, en passant les parfums d'un bol de céréales du petit déjeuner. La vinosité blonde est nette en bouche, les bulles sont légères, toutefois persistantes; le volume est plus aérien que riche, il écourte la finale qui, par contre, offre des accents maltés très séduisants et originaux. 
Un Blanc de Noirs plus délicat que puissant, parfois déstabilisant, donc intéressant.

Cuvée Symphonie - Rosé Brut - Mater & Filii :

Sans doute la cuvée Mater & Filii à la vinosité la plus marquée et la plus pure, car le fruité est remarquable. Cerises, fraises et mandarines se partagent les sensations aromatiques et quelques notes tanniques rappelleraient presque certains vins angevins à base de cabernet franc. Aucun rancio dans ce champagne, seulement l'expression d'une pleine maturité de fruit. 
Complété par une longueur en bouche plus soutenue que sur les autres cuvées Mater & Filii, ce champagne est immanquablement taillé pour la table, qu'elle soit offerte avec un poisson grillé, un poulet rôti ou un fromage assez relevé. 
Du bouquet et de la franchise !
B de B de Mater & Filii
Mater & Filii n'a pas de représentant (jusqu'à ce jour) au Québec.

Haut de page

20 août 2019 par Monsieur Bulles
Régence Brut de Brimoncourt La marque ne disposait que de 30 000 bouteilles à la vente en 2008 ! Installés dans une ancienne imprimerie qu'ils ont rachetée, Alexandre Cornot et Arnaud Dupuy-Testenoire la dirigent depuis 2007. En 10 années à peine, ils ont su la positionner dans les plus beaux établissements européens. Elle est au Québec et il reste quelques bouteilles de la cuvée Régence; profitez-en...
 


Commentaire de la cuvée Régence - Brut :

Solide et intense, cette cuvée entremêlent les saveurs attendues d'un bon champagne, bien construit : pommes brunes, poires chaudes, pâte feuilletée. 

L'effervescence conjugue crème et fraîcheur grâce à quelques accents de minéralité qui l'entourent, la finale file vers le citron confit, histoire de garder les papilles en éveil ; en un mot, c'est délicieux et les huîtres seront de pimpantes maîtresses.     
 
Une étiquette qui se glisse parmi les classiques en attendant la cuvée de prestige de la marque pour davantage de profondeur et de complexité...
16/20 selon le barème du Guide Revel / 57,25 $ / code 13349586

Haut de page

12 août 2019 par Monsieur Bulles
déjeuner d'huîtres Dans le décor somptueux du Château Ramezay à Montréal, je vous invite à découvrir l'histoire passionnante de la naissance du champagne. Au cours d'une dégustation de 3 champagnes, agrémentée de musique classique par le Quatuor à cordes Rhapsodie, nous remonterons le temps pour mieux comprendre les étapes qui ont conduit le champagne à devenir l'empereur des vins, alors qu'il a failli être tué dans l'oeuf sous le règne du monarque Louis XIV.


Cliquez sur le lien ci-dessous pour les détails et l'inscription
Ramezay

Haut de page

Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (221)
Articles sur les autres bulles (297)
Les dégustations horizontales (3)
Les dégustations verticales (1)
© 2020 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com