1 avril 2019 par Monsieur Bulles
Herie-Hodie Brut Vigneronne depuis le Premier Empire, la famille Coulon a, comme de nombreux petits propriétaires en Champagne, vendu son vin en tonneaux aux grandes maisons pendant des décennies avant d'élaborer ses propres champagnes. Éric Coulon et sa femme Isabelle travaillent ensemble depuis 24 ans, ils suivent les traces du grand-père d'Éric qui se lança dans l'aventure : commercialiser ses propres cuvées grâce à 11 hectares en propriété répartis sur 109 parcelles autour de Vrigny. Le pinot meunier constitue la majorité de l'encépagement comme la plupart des cuvées dont la production actuelle frôle les 85 000 bouteilles annuelles. La 9ème génération est bien en place, Edgar et Louise Coulon collaborent au travail avec leurs parents depuis 2015.
Commentaire de la cuvée Heri-Hodie (du latin "Hier à aujourd'hui", il s'agit de l'ancienne cuvée Grande Tradition de la maison) - Brut (60% pinot meunier / 20 % chardonnay / 20 % pinot noir) :

Le premier nez est net, orienté vers des notes de tilleul, puis d'agrumes légèrement confits, de notes maltées qu'on retrouve en bouche, rehaussées de quelques accents pâtissiers.
L'effervescence est soignée, serrée, les bulles sont très fines, sans doute construites par un tirage peu élevé. Le volume est léger et caressant en bouche. 
C'est un beau champagne d'entrée de gamme, harmonieux et polyvalent dans les accords à table, depuis un apéritif avec des canapés maison jusqu'au fromage de style double-crème.
60 $ / Importation privée auprès de l'agence Calibré / peut-être en SAQ au quatrième trimestre 2019

Haut de page

26 mars 2019 par Monsieur Bulles
GD2008 Chef de cave de la maison Veuve Clicquot depuis 2006, Dominique Demarville est l'homme du second souffle de la cuvée de prestige de la maison, curieusement méconnue du grand public. En effet, la marque a toujours privilégié sa carte jaune, son brut de base, de même que ses "vintage" qui, parfois, supplantaient La Grande Dame. À l'instar de Dom Pérignon, flacon vedette du groupe Moët-Hennessy, il semble que ce 2008 et sa nouvelle étiquette - qui met davantage son nom en avant - marque enfin une réelle volonté de briller parmi les étoiles champenoises.
Pour mieux connaître l'histoire de la cuvée La Grande Dame, je vous invite à cliquer sur ce lien.

Commentaire de La Grande Dame 2008 Brut :

Le premier est discret, alors que le vin est dans le verre depuis un bon quart d'heure. Une aération certes vigoureuse laisse échapper quelques accents de fleurs d'acacia, toutefois l'ouverture est lente, plus lente que le Vintage 2008 de la maison.

On s'attend à ce que le vin se livre en bouche avec la richesse aromatique habituelle de la maison, d'autant plus que ce millésime est pratiquement un Blanc de Noirs (92 % pinot noir); mais là encore, l'attaque claque, pince, étonne, surprend par sa fraîcheur citrique (agrumes confits). On dirait presque du chardonnay !

L'effervescence est riche, crémeuse, enveloppante, les bulles sont des perles, comme de bien entendu, comme de bien attendu pour une telle cuvée et pourtant, là encore, la texture est moins imposante que d'habitude, moins accrocheuse que sur les millésimes qui ont précédé. Jeune certes, toutefois plus gothique que romane si l'on envisage une métaphore architecturale... 

La vinosité est blonde, elle désoriente, elle rappelle certains grands chablis où l'élevage sous bois a été discret. La Grande Dame 2008 est beaucoup plus svelte qu'autrefois, moins opulente, tout en étant aussi savoureuse dans les parfums aujourd'hui boulangers, demain pâtissiers.

La Grande Dame nous a habitués aux courbes des femmes de Rubens, 2008 nous entraîne vers celles des femmes de Renoir : tout aussi charnues, un peu plus dynamiques, éternellement ensorceleuses...
276,50 $ / Code SAQ : 00354779

Haut de page

18 mars 2019 par Monsieur Bulles
Intense de AR Lenoble Un patronyme né par amour de la noblesse du champagne que son créateur, Armand-Raphaël Graser aimait véhiculer. Il quitta son Alsace natale en 1915, pour venir s'établir et fonder sa maison à Damery. Ce sont aujourd'hui ses arrières petits enfants, Antoine et Anne Malassagne (frère et soeur) qui gèrent le domaine de 18 hectares, permettant un apport de 60 % à l'approvisionnement général. Peu dosées et orientées vers le chardonnay, les cuvées de cette maison se caractérisent par la tension et l'ampleur.
Commentaire de la cuvée Intense Brut de AR Lenoble :

C'est la seule cuvée de la maison où les pinots dominent l'assemblage et en effet, leur intensité est nette ! 
Je parlerais même d'énergie puisqu'à travers les trois cépages classiques réunis, tout apparaît blanc et fougueux, sans rien d'agressif : agrumes, poires et pommes chaudes, puis anis, s'échelonnent au sein d'une effervescence frémissante et longue en bouche. Cette longueur débouche en finale, à condition de laisser son verre respirer quelques minutes, sur des accents d'acacia et de réglisse, peut-être issus de vins de réserve ayant séjourné en futaille...
En un mot : délicieux. 
Ce champagne est le dernier arrivé au Québec, précipitez vous, c'est une pépite créée par une petite maison qui monte, qui monte, qui monte...
intense
44,75 $ / Code SAQ : 13630571 / Agence Divine Sélection

Haut de page

14 mars 2019 par Monsieur Bulles
Hommage de Deutz "Hommage à William Deutz" est une série de flacons de champagnes millésimés, issus de parcelles de pinot noir d'Aÿ, village où William Deutz s'installa avec ses associés en 1838. En 2017, le premier millésime lancé fut un 2010, nommé Parcelles Aÿ, qui combinait la parcelle La Côte Glacière et la parcelle Meurtet. La première est un coteau abrupt qui donne toujours des pinots noirs chaleureux et expressifs, tandis que ceux de la deuxième, certes tournés vers l'est, sont plus pointus, plus crayeux. Leur assemblage apparaissait évident pour un premier "Hommage". Reçu en 2018, j'ai préféré attendre quelques mois pour le déguster, car le temps est un gage de plénitude et je soupçonnais aussi que ces deux parcelles seraient, un jour, proposées seules... Et c'est en effet, sur le millésime 2012, que chacune peuvent, aujourd'hui, présenter leurs qualités. Voici donc ces trois cuvées d'exception dégustées et comparées.
2010 en Champagne :  

Année délicate, analogue à la morale de la fable "Le lièvre et la tortue" : rien de ne sert de courir, il faut partir à point. Et justement, 2010 fut une année de parcelles ! Jusqu'au printemps, le millésime s'annonçait excellent, mais le mois de juin, froid et mouillé, retarda la floraison, provoqua quelques maladies et l'été, orageux et destructeur, acheva l'opiniâtreté des vignerons. Bref, un tri homéopathique fut appliqué à la vigne et aux tables durant les vendanges et seules, quelques parcelles, en raison de leur situation géographique particulière, donneront des résultats plus heureux. Ce fut le cas sur Aÿ...

2012 en Champagne : 

C'est la même fable, mais à l'envers. Comme si le lièvre gagnait quand même ! Car l'année part mal avec un hiver rude et long qui freine les cycles, consolide les maladies, effraie les vignerons jusqu'en juillet où le miracle du soleil corrige tout. Les vendanges seront copieuses et équilibrées, 2012 s'inscrit parmi les grands millésimes de ce début de siècle. Aÿ rigole...

Commentaire de "Hommage à William Deutz - Parcelles d'Aÿ - Pinot Noir 2010 - Brut :

Le nez est mature, les notes d'hydromel sont nettes, voire enveloppantes, car elles couvrent celles de fruits plus provençaux que normands (abricots, coing). Il faut une vigoureuse agitation du verre pour aller chercher la fraîcheur anisée d'Aÿ, étonnamment encore présente.
Je m'attends donc à un vin mature, pâtissier en bouche, et curieusement, l'attaque est davantage boulangère : levure et farine s'entremêlent sans aucune touche beurrée. 
Les arômes sont jeunes, alors que la texture est à la fois riche et énergique : une énergie marine. Pas iodée, juste balnéaire ! Comme une plage chaude Bretonne en été (ne rigolez pas, même en Bretagne, ça existe) !
Quelques amers s'installent en bouche, le pinot noir parle et l'on ressent l'ADN des deux parcelles, la minéralité de Meurtet semble refroidir l'opulence de la Côte Glacière qui, ici, porte mal son nom... 
Et c'est tant mieux, car finalement, cette conjugaison est un gage d'endurance. Cet "Hommage à William Deutz 2010" est encore jeune au compteur; il est en 2019 comme un adolescent longiligne, plus destiné à l'athlétisme qu'au rugby, un perchiste qui peut voir haut dans une carrière, sans doute courte, mais olympique ! 

Commentaire de "Hommage à William Deutz - La Côte Glacière - Pinot Noir 2012 - Brut :

Expressif, ce champagne dégage à l'aération un soupçon aromatique de griottes qui supplante le caractère floral du premier nez. Une grande fraîcheur se dégage au nez, elle rappelle un muesli de petit déjeuner, car il y a quelques notes de fruits secs et grillés.
Le vin est jeune et fougueux en bouche, malgré des bulles menues qui construisent une texture tapissante et longue. 
Son comportement déroute, car les saveurs restent sur l'acidité de fruits rouges, sans note maltée du temps qui passe, cependant le volume apparaît riche et compact. 
Le fruité est en dormance, l'ensemble sur la retenue aromatique.
"La Côte Glacière 2012" est, en 2019, comme un adolescent imposant et maladroit, qui ne sait pas où se placer, mais dont on voit l'immense potentiel le prédisposant à devenir, non pas un pilier, mais le trois quart aile d'une équipe de rugby, solide et virevoltant.

Commentaire de "Hommage à William Deutz - Meurtet - Pinot Noir 2012 - Brut :

Net, précis, étiré, pur, jeune et blanc, seraient les qualificatifs de cette cuvée où le fruité rappelle celui d'une salade de fruits d'automne (poire, pomme, clémentine) où l'on aurait glissé quelques lamelles de fenouil.
L'énergie n'est pas dans le volume, mais dans la tension. On pourrait presque penser à du chardonnay bien mûr. 
La texture est plus aérienne que celle de La Côte Glacière. La minéralité râpe un peu, elle est davantage calcaire que marine, plus marneuse que saline.
Meurtet 2012 est, en 2019, un adolescent comme sa parcelle voisine, mais ce n'est pas un joueur de rugby. C'est un triple sauteur et l'on revient à l'athlétisme pour boucler la boucle, rendre logique la décision d'avoir d'abord assemblé les deux parcelles en 2010, pour mieux les connaître. 
Des trois sauts à amorcer, Meurtet 2012 a déjà fait le premier, le plus long. 
Il lui en reste deux, pour s'accomplir vers 2027.  Étiq H de D
SAQ code : 13657992 / 130 $ / Maison de champagne Deutz

Haut de page

25 fév. 2019 par Monsieur Bulles
Blanc de meunier Brut par Heucq Pendant longtemps négligé sur un plan promotionnel en Champagne, le pinot meunier regagne des lettres de noblesse depuis une dizaine d'années dans la Marne au point où certaines maisons lancent des cuvées élaborées seulement avec ce cépage. Puis, il y a des récoltants s'associant autour de sa cause, comme "Meunier Institut" qui regroupe des vignerons ayant en commun le pinot meunier majoritaire dans la création de leurs cuvées. André Heucq est parmi ceux-la et les 5 hectares de vignes qu'il conduit en viticulture biologique à Cuisles, lui permettent de sortir 50 000 bouteilles annuellement, à découvrir absolument.
Commentaire de la cuvée Héritage - Blanc de Meunier - Brut Nature - Champagne André Heucq :

Un pinot meunier plus discret au nez qu'en bouche. On s'attend à percevoir les habituelles notes de pommes et de prunes jaunes du cépage employé et pourtant, il faut attendre plusieurs minutes et une certaine aération pour que cette cuvée se révèle...
La patience est récompensée, car on déguste alors de la matière et de la pureté, ce qui, loin d'être paradoxal, est ici plutôt complémentaire. 
Les notes de fruits jaunes se confirment, enveloppées d'un côté floral séduisant, tandis que la fraîcheur attendue, n'est pas la traditionnelle minéralité saline de la région, mais plutôt celle d'une rosée matinale qui s'évaporerait d'un sol d'argile.
C'est un champagne qui bouge, qui déroute, qui se ferme pour mieux revenir à l'assaut des papilles. Pas complexe, juste intriguant.
Dans tous les cas une cuvée aux amers impeccablement placés, un Blanc de Meunier qui donne faim et surtout, où chacune de ses gorgées en appelle une suivante ! 
Non disponible au Québec, malheureusement... jusqu'à aujourd'hui.

Haut de page

25 jan. 2019 par Monsieur Bulles
JP Scieur Brut François et Jean-Paul Scieur sont deux champenois ayant immigré au Québec il y a une trentaine d'années pour s'installer en tant que vignerons à Magog, dans les Cantons de l'Est au Québec. Leur domaine Le cep d'argent est aujourd'hui devenu une institution en matière d'effervescence dans la belle province. Représentant la 6ème génération de sa famille récoltante en Champagne, Jean-Paul bénéficie de l'avoir de vignes, issus du côté maternel (famille Bérat), qu'il partage avec ses deux frères et ses deux soeurs. Tous ont décidé aujourd'hui de voler de leurs propres ailes. Michel Scieur fait vinifier ses raisins par deux coopératives (Champagne Scieur & Fils), Marie-Jeanne Scieur et son mari Jean-Pierre Uriel font élaborer leur vin par les coopératives d'Étoges et de Chouilly (Champagne Uriel), enfin, Jean-Paul et François Scieur récupèrent leur champagne de la coopérative UPVE. Le champagne J.P Scieur est uniquement disponible au Québec.
Commentaire de la cuvée Brut :

Un champagne au nez à la fois sur des notes toastées blondes et sur des accents herbacés qu'on retrouve dès l'attaque en bouche, plus identifiables (orties, poivrons jaunes) sans qu'ils occultent toutefois le caractère aromatique, légèrement pâtissier. 
Cet aspect beurré aurait pu l'être davantage avec quelques mois supplémentaires sur lattes. Vous pourrez donc glisser cette bouteille en cave, 4 à 6 ans, afin de l'obtenir, puisque le temps est une sorte d'exhausteur de goût.
La texture est satinée, l'effervescence est aboutie, le dosage est réussi, il signe un Brut plus apéritif que gourmand, bien fait, qu'on aura plaisir à prendre sur des canapés aux fruits de mer variés, par exemple.
53,75 $ / Code SAQ : 12719223

Haut de page

11 jan. 2019 par Monsieur Bulles
Brut Absolu de Cattier Propriétaire de vignobles depuis 1763, la famille Cattier a commercialisé du champagne sous son propre nom après la Première Guerre mondiale. Les caves de Jean-Jacques Cattier qui dirige la maison, ont la particularité de se répartir sur trois niveaux déclinant trois styles de voûtes architecturales : gothique, roman et renaissant. Son fils Alexandre est aujourd'hui l'oenologue de la maison. Méconnue du grand public hors de l'hexagone, mais reconnue par les amateurs de champagne du monde entier, la maison Cattier a soudainement vu son nom se multiplier et se populariser sur la planète grâce au lancement de la cuvée de prestige Armand de Brignac (Ace of spades) qu'elle élabore.
Lieu : 6 et 11, rue Dom Pérignon  
BP 15 51500 
Chigny-les-Roses 
Téléphone : 03 26 03 42 11 

Le Clos du Moulin est la cuvée qui a sans doute fait connaître la famille Cattier aux consommateurs néophytes du champagne, écoutant les inconditionnels qui savent parfaitement qu'elle est parmi les meilleurs champagnes si l'on considère le rapport qualité/prix. 
Cuvée au tirage limité, elle est le fleuron d'une gamme qui n'en demeure pas moins constante dans la qualité et dont le Brut Absolu, ci-dessous décrit est un incontournable.

Commentaire de dégustation de la cuvée Brut Absolu - Nature :

C'est une prouesse que d'offrir un champagne non dosé avec autant de consistance dans le comportement et le crescendo aromatique typique de la catégorie : fenouil, melon, pivoine, mirabelle, silex et pain au lait. 
Exemplaire donc, car elle prouve qu'on peut obtenir de la profondeur et du caractère sans sucre ajouté, du fruit et de la minéralité : le champagne dans tous ses états.
L'apéritif sera de très grande qualité et les mordus de bulles à table sauront l'apprécier en tataki de poisson de leur choix ou avec un fromage de chèvre assez crayeux...
Absolument incontournable.Bouteille Brut Absolu de Cattier
Importation privée (trop discrète) au Québec / 17/20 dans le Guide Revel

Haut de page

7 déc. 2018 par Monsieur Bulles
Orpale 2002 Peu médiatisée, cette marque appartient à la cave coopérative Union Champagne, laquelle regroupe 13 coopératives (1250 hectares) qui offrent aussi leurs vins et leurs services à d'autres marques en Champagne. De Saint Gall présente des cuvées aussi abordables que remarquables. Située dans la Côte des Blancs, elle privilégie le chardonnay dans l'élaboration des vins de sa gamme. Absente du Québec depuis 2010, j'ai insisté auprès de certaines agences au Québec pour la voir revenir... C'est avec sa cuvée de prestige millésimée Orpale que j'ai été considéré.
Dans un article récent où je défendais la cause, souvent négligée, des coopératives, j'ai mentionné le millésime 1996 de la maison De Saint Gall qui s'était distingué dans une dégustation comparative de prestige.
Je pense sincèrement que si je glissais le millésime 2002 de la cuvée Orpale dans le même genre de banc d'essai, l'effet serait identique.

Commentaire de la cuvée Orpale 2002 de De Saint Gall :

Le nez est particulièrement expressif, il rappelle un macaron au café, puis une galette des rois où la frangipane abonderait... 
En bouche, le vin est torréfié dans le bon sens du terme : pas de notes brulées, seulement le souvenir d'arômes de café au lait, voire de yaourt au café.  
Les bulles sont menues et toujours nerveuses, la texture est dense, on est en présence d'un très grand champagne qui rappelle certains vins blancs de Beaune d'une quinzaine d'années.
La finale aromatique qui offre des notes de tiramisu avec une pointe d'amertume de zestes d'oranges concrétise le jeu de séduction. En apéritif pour ouvrir une soirée particulière ou à table avec un met aussi somptueux, ce vin marquera la mémoire de vos invités.
Il est, jusqu'à cette semaine, le meilleur champagne disponible en SAQ que j'ai dégusté en 2018. Une bouteille de luxe... abordable.
Étiquette Orpale 2001
En vente en ligne au Québec : cliquez sur le lien ci-dessous. / Code SAQ : 10839686 / 145,75 $

Haut de page

5 déc. 2018 par Monsieur Bulles
GR De Telmont Depuis quinze ans, Bertrand Lhopital préside cette maison familiale qui s'est construite à Damery en 1912. Peu connue du grand public en raison de l'absence des cuvées sur les marchés de grande distribution, la marque J. De Telmont se classe pourtant parmi les 20 premières maisons de Champagne. Disposant de 30 hectares de vignes en propriété, elle est très appréciée des connaisseurs qui achètent en vente directe, la gamme est toujours de très belle qualité grâce au savoir-faire de l'oenologue Sylvie Collas.

Lieu :  1, avenue de Champagne   BP 17   51480 Damery 
Téléphone : 03 26 58 40 33

Commentaire de dégustation de la cuvée Grande Réserve Brut :

Les 3 cépages classiques de la Champagne composent ce champagne à la vinosité bien établie : un caractère malté au niveau aromatique parcourt toute la dégustation.
Les bulles complètent la typicité très champenoise de l'ensemble, elles abondent et dansent en bouche, tout en apportant la fraîcheur attendue qui s'illustre en finale par une pointe d'agrumes confits.
C'est un champagne de belle tenue, garant de plaisir et de saveurs biscuitées qui pourra facilement passer à table avec une volaille brune de votre composition. 
Quant à l'apéritif, il sera de grande classe si on présente cette Grande Réserve avec les traditionnels canapés de foie gras.

Commentaire de dégustation de la cuvée Brut Nature - LD - Blanc de Blancs : 

LD pour léger dosage d'un champagne qui fleure bon l'argile mouillée, les céréales du matin et le malt, des accents originaux qu'on retrouve toujours dans les vins de cette maison. 
Le fruité en bouche est jaune, il rappelle les ananas, la minéralité est discrète, finalement gommée par une onctueuse effervescence. 
Un chardonnay aussi savoureux qu'original qu'on pourra essayer, à table, avec des ris de veau grillés. 

Commentaire de dégustation de la cuvée Grand Rosé - Brut :
 
Axé d'abord sur des notes de fruits secs (amandes, abricots), il présente ensuite des arômes d'agrumes très mûrs (pamplemousse rose, orange sanguine) qu'on retrouve en bouche, au coeur d'une effervescence plutôt légère et vaporeuse, mais fine, heureusement soutenue en finale par une certaine mâche, une vinosité où pointent de légères notes de kirsch très agréables quand on aime les rosés de caractère. À découvrir absolument.Rosé et LD
79 $ pour la Grande Réserve et le Grand Rosé Brut, 89 $ pour le Léger Dosage en importation privée au Québec auprès de l'agence Vinipassion Importations Inc / 514 830 2333

Haut de page

30 nov. 2018 par Monsieur Bulles
bouchon stoppeur Je suis sûr que cela vous est déjà arrivé : prendre un verre de champagne* de la bouteille ouverte la veille, qu'on n'avait pas finie, et le trouver meilleur ! En fait de meilleur, on le trouve moins agressif, moins fougueux et surtout, plus aromatique, plus savoureux. Est-ce bien normal ?





Meilleur, je ne sais pas. 
Car c'est une question de goût.
Plus enjôleur par contre, certainement...

Les expériences en laboratoire démontrent que les vins mousseux, issus de la méthode traditionnelle, présentent une surpression de gaz de 4,2 à 5,5 atmosphères au moment de l'ouverture de la bouteille. 

Si j'exclus les cuvées particulières, de prestige ou anciennes, la plupart des champagnes*, versés et dégustés dans les minutes qui suivent leur ouverture, présentent une effervescence fougueuse, voire grossière, qui pourra être perçue comme désagréable. 
De plus, les arômes qui accompagnent ce caractère tonique des bulles sont souvent associés à l'acidité de fruits et à une fraîcheur agressive qui déroutent le consommateur.

En fait, champagnes et mousseux qui ont fait moins de 20 mois sur lattes présentent souvent ce comportement et ces arômes adolescents.

L'autolyse seule, est l'étape qui construit un comportement raisonnable de l'effervescence, entremêlant une complexité aromatique typique (voir le lien sur l'autolyse).

Donc en laissant votre bouteille pendant 24 h au frais, après en avoir soutiré seulement deux verres (il faut idéalement qu'il y ait davantage de vin que d'oxygène  à l'intérieur du flacon), puis en la bouchant avec ce qu'on appelle un bouchon stoppeur, vous dégusterez logiquement, le lendemain, des bulles plus menues, au comportement plus sage qui accompagnent des arômes plus expressifs, plus faciles à reconnaître, avec parfois une sensation beurrée ou toastée (notes oxydatives).

Moins vif, plus pondéré, votre champagne* aura gagné en sagesse, une sagesse qu'on découvre dans les vins effervescents dont ont a étalé les étapes de création.
Les cuvées rares ou de prestige en sont issues, tandis que les cuvées d'entrée de gamme qui forment 85 % de la production, naissent plus rapidement. 

Les laisser ainsi respirer avec cette astuce de 24 h offre parfois d'agréables surprises.
Attention toutefois, je n'écris pas que votre champagne* sera meilleur - puisqu'il s'agit d'une question de goût - mais il sera plus engageant...4 types de bouchons stoppeurs
*Le sujet de l'article concerne tout autant les autres vins effervescents.

Haut de page

Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (213)
Articles sur les autres bulles (290)
Les dégustations horizontales (3)
Les dégustations verticales (1)
© 2019 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com