20 sep. 2017 par Monsieur Bulles
Cairanne Voici 50 ans que le village de Cairanne a été consacré en tant qu'AOC grâce à son argile blanche, son argile rouge et ses fameuses terrasses de l'Aygues sur lesquelles s'exposent le grenache, la syrah et le mourvèdre. 950 hectares de vignes dont 95 % donne un vin rouge, ici magnifiquement représenté par le millésime 2015 de Saint-Andéol.
Populaire au Québec depuis un certain nombre d'année, disons que cette cuvée est plus fruitée qu'épicée, c'est-à-dire plus orientée sur des arômes de confiture de fruits noirs que sur le poivre, et que sa texture, certes grasse puisqu'on est quand même sur des cépages de belle tenue, reste souple jusqu'en finale. 

Votre viande rouge préférée, grillée ou braisée, des saucisses relevées ou même, une darne de thon grillée, façon basque, seront d'agréables maîtresses à table.

Un rouge aussi facile à boire qu'à acheter !!
Code SAQ : 11459837 / 17,95 $
20 sep. 2017 par Monsieur Bulles
En cette période délicate où la nature frappe la Caraïbe, je vous présente le chef-propriétaire du Petibonum au Carbet, en Martinique, Guy Ferdinand, dont le talent culinaire est toujours égal à sa bonne humeur et à sa générosité. La capsule vidéo ci-dessous devrait vous faire saliver; la recette que le chef vous propose peut être appliquée chez vous, que vous soyez à Montréal, Bruxelles ou Tokyo !!

Guy Ferdinand et Guénaël Revel
19 sep. 2017 par Monsieur Bulles
La capsule vidéo ci-dessous présente Marc Sassier, distillateur du Rhum Saint James, commenter les principes de la colonne à distiller le rhum

fûts de rhum agricole chez St james en Martinique
16 sep. 2017 par Monsieur Bulles
Monastère de Rila Les voyages de presse organisés pour les médias par des agences de tourisme sont davantage épuisants qu'épanouissants. Oui, nous sommes gâtés parce que nous voyageons, oui nous sommes gâtés parce que nous cheminons dans un univers attrayant, oui le plaisir des sens est constamment présent dans notre quotidien. Toutefois, cela reste une profession; donc une tâche où la fatigue, voire l'épuisement est possible, naturel, normal, logique et légitime. On attend de nous - la presse du voyage et des arts de la table - des articles qui mettront en valeur ce qui a été visité, rencontré, goûté. Les institutions qui nous invitent le savent. Leur mission est de nous séduire. Parfois, il y a des dérapages...
Bulgarie : Plovdiv - Sofia via Rila et Sandanski : départ imminent. 

Quand j'ai vu le bus, style année 1990 (sans doute acquis juste après la tombée du rideau de fer), mis à notre disposition par l'office de tourisme de Bulgarie, je me suis dit que la tournée allait être pittoresque. 
Une courte tournée de deux jours suivait le plus grand et, selon moi, le meilleur concours de dégustation de vin dans le monde, le Concours Mondial de Bruxelles (CMB), organisé en cette année 2016 à Plovdiv. 
Nous étions une cinquantaine de journalistes du monde entier à avoir accepté l'invitation de l'agence de voyage Bulgare Travel Atelier. Cinq groupes de dix personnes pour cinq bus à l'assaut culturel de la Bulgarie. 

Plovdiv étant la capitale européenne de la culture en 2019, tout le monde a pensé que les guides engagés pour la circonstance, sauraient nous présenter au mieux leur pays.  

Quand j'ai vu le chauffeur (aussi accueillant que Leonid Brejnev devant un défilé de la place rouge) essayer de caser dix valises dans le coffre arrière qui ne pouvait en contenir que sept, j'ai su que le pittoresque allait être pénible. 
Il y a des indices qui ne trompent pas quand on voyage depuis 20 ans. 
   
Trois valises ont donc dû prendre place à nos côtés, dans le mini-bus. Bienvenue dans l'univers routier Bulgare, inconfortable et risqué.   
Puis le guide nous a donné le programme des deux jours de tournée. 
Curieusement, il avait été révisé: le sien démarrait à 8 h, le nôtre à 7 h. Il était 8 h 30, donc le guide s'est présenté avec 1 h 30 de retard. Une fois les vérifications d'usage terminées, on s'est mis en route à 9 h, soit 2 h de retard sur le programme officiel.    
Le groupe de dix que nous formions a alors dégagé une attitude de scepticisme, voire d'agacement, qui devait logiquement s'accroître au cours de la journée. Travel Atelier avait sélectionné pour nous le sud-ouest du pays avec un monastère, une ville historique et trois domaines viticoles à découvrir. 
 
Sur le papier, c'était attractif. Sur une carte géographique, c'était abusif. 

En survolant rapidement la carte, j'ai pronostiqué qu'on ferait au moins 10 h de bus en deux jours. Ce matin, c'est autour de 180 km à faire, à une moyenne de 70 km/h à cause de l'état de la route (aussi impeccable que celles de Montréal), de ses lacets et du monastère à atteindre qui culmine à 1200 m d'altitude. 
On s'est dit qu'on y arriverait vers 12 h 15. 
Ce n'est pas grave, on y était attendu à 11 h 15 sur le programme officiel.  

Au demeurant sympathique, notre guide s'adressa à nous deux fois, entre deux manipulations de son téléphone qui le divertissait d'un jeu de  "candy crush fruit".  Peu bavard, sa première intervention fut pour nous signifier que nous roulions en bordure d'une rivière qu'on ne pouvait pas apercevoir à cause des fenêtres embuées (la clim était en option en 1990). 

Sa deuxième intervention fut pour nous proposer un arrêt pipi après 1 h 30 de route, à mi-parcours du trajet.  À mi-parcours, ça signifiait donc 3 h de route. 
Comme la bouteille d'eau ou le café n'était pas offert (et pourquoi pas prévu aussi, c'est un bus touristique, pas une ambulance!), tout le monde en profita pour s'acheter une réserve salutaire de collations diverses à la station-service. 
De retour dans le bus, une vague de siestes s'abattit sur nous; sans doute l'effet du petit déjeuner sommaire de la cantine de l'hôtel.    

12 h 15, monastère de Rila en vue, la première étape.    

Notre guide s'active, il a compris que le retard ne sera jamais rattrapé. Il faut quand même accélérer le rythme. 
Faites crépiter les kodacs rapidement parce qu'après, il y a un musée d'icônes, de croix de bois et de bibles ancestrales. On va le faire en 1/2 heure, c'est suffisant.  Et oui messieurs dames, on est partis très en retard, faut avancer maintenant. 
Après tout, un monastère du XIIIème siècle, tout le monde s'en fiche. Il appartient seulement au patrimoine culturel mondial.   
45 mn, c'est suffisant pour qu'il imprègne votre mémoire.   
En parlant de mémoire, on va y aller parce que les verres de vin et le lunch doivent être déjà servis au vignoble et on est quand même à 2 h de route.  

C'est la deuxième étape de la journée, on y était attendu à 13 h 30, il est 13 h 15.   J'ai bien fait de m'acheter des chips à la station-service.   

Ah tiens, la collègue Luxembourgeoise s'énerve.   Elle aime bien la ponctualité, dit-elle au guide plus blasé que réceptif. À mon avis, elle pète un plomb avant la fin de la journée.   

En effet monsieur le guide, il fait plus chaud qu'à Plovdiv, on est à la frontière grecque.   
Pertinente votre troisième intervention de la journée.  
Ah oui? Il y a aussi une rivière qui délimite les deux pays ? 
Vous avez l'air d'aimer ça les rivières?  Ça tombe bien, je vois sur la carte qu'on va en croiser trois, demain, en remontant sur Sofia, on va avoir de la conversation.   

15 h 15, arrivée au vignoble Orbelus. 
L'heure où l'on devait le quitter sur le programme. 
   
On va peut-être manger tout de suite, avant d'admirer votre chaîne d'embouteillage, parce que voyez-vous, on a la dalle. L'ami Croate a les dents qui rayent le parquet et les deux Italiens hallucinent des spaghettis. On dégustera vos vins pendant le repas monsieur le vigneron, ça va calmer tout le monde. 
   
Tiens, la Luxembourgeoise n'est plus là. Elle a craqué. Elle a demandé au chauffeur de la conduire dès maintenant à l'hôtel.   
17 h 30, fin de la visite du vignoble. Les vins et l'accueil furent excellents. Il faut quand même le souligner.  
Mais, on n'a toujours pas rattrapé les 2 h de retard. Le chauffeur est revenu, il a eu le temps de déposer la collègue du Luxembourg à l'hôtel. Il ne doit pas être très loin ce dernier. En effet, l'hôtel est à 1/2 heure nous dit le guide.    
 
Sur le programme, c'est la visite de la ville de Sandanski, ville natale supposée de Spartacus. Et oui, le héros était Thrace, pas Romain. Sauf que la visite devait commencer à 15 h 30... 
Et il va être 18 h. Spartacus attendra...    

Comme la fatigue et l'exaspération générale ne suffisent pas, la pluie se met de la partie lorsqu'on arrive à l'hôtel. On a tous mal au dos, on a presque fait 5 h de route dans un bus moins confortable que les jaunes canaris des commissions scolaires du Québec. 
Personnellement, je commence à tirer la gueule, celle du collègue Croate est déjà à terre. Le Belge résigné, garde le silence ; la Française a commencé son rapport pour l'agence de tourisme, le Chinois rit jaune, si, si...      

À l'hôtel, Ô surprise, seuls quatre journalistes descendent ici. Trois étoiles sur la porte, c'est comme une étoile à l'ouest du Rhin. On nous annonce que le groupe est divisé en deux.   
C'est con, on avait noué une solidarité conviviale, on se motivait pour ne pas craquer. On allait parler l'espéranto, tout le monde se comprenait, rien qu'en regardant les poches sous les yeux. 
   
J'accompagne donc les six autres collègues dans un autre hôtel... qui n'en ai pas un ! C'est une pension de famille, style soviétique pré-pérestroïka. On a fini par la trouver après avoir tournoyé dans Sandanski in the rain, la ville qu'on devait visiter entre 15 h 30 et 18 h.  Sauf qu'il est 18 h.   

La tournée se transforme en "Retour vers le futur au pays des soviets ».   
Comment dire ? Sandanski by night, sous la pluie, c'est un peu comme Joliette dans les années 1980, sans éclairage dans les rues. Sandanski est sans doute magnifique et attrayante, c'est une ville thermale parsemée d'artères piétonnières. Sauf que nous ne les verrons jamais.   

On découvre nos chambres et là, les Italiens craquent.  
Ça gueule un Italien qui se fâche.   

Et oui, on a tous une salle de bain 3 en 1. Il y a les 5 à 7, maintenant il y a les 3 en 1 : toilette, lavabo et douche dans trois mètres carré où il faut brancher le cordon de la douche sur le robinet du lavabo pour avoir un espace douche dont le support est au-dessus du lavabo !!  
Si t'es fatigué, tu t'assoies sur les toilettes, elles sont juste en dessous! (photo jointe en bas à gauche)    
Le sort s'acharne sur l'Italie : le couvercle des toilettes des Italiens ne s'ouvre pas! Il est bloqué. J'ai cru que le Vésuve et l'Etna allaient exploser en même temps !  
 
Internet ? Vous n'y pensez pas ? Incroyable, il y a internet et ça fonctionne parfaitement.  
Et le programme ? 
Le guide, à peine embarrassé, propose de déambuler dans les rues mouillées où tout est fermé! Non merci, on va plutôt aller se détendre autour d'une bière avant le souper. 
Ah bon, le souper n'est pas prévu ? C'est vrai qu'on est sorti de table à 16 h, mais il se peut qu'on ait faim d'ici une heure, non ? 

Ok, très bien, on se paiera nous-mêmes une pizza tout à l'heure. Une pizza Bulgare, les Italiens vont adorer.    
Tiens, la Française a disparu. Elle s'est achetée trois pêches dans un dépanneur avant de remonter à sa chambre. Elle a raison, la journée fut tendue, un bon matelas la détendra.   
Quoique... Je constaterai deux heures plus tard que le matelas du pensionnat de mon enfance était meilleur.   

Deuxième journée.   

On s'est écouté dormir tellement les murs sont épais, mais on est reposé.  
Le petit déjeuner nous attend, il est 8 h. 
Un verre de yaourt nature liquide (ben oui, on est en Bulgarie) et la spécialité locale nous sont offerts: une pâte à pain frite dans l'huile, à base de fromage caillé. 
Un peu gras et lourd pour commencer la journée, mais à Rome, on fait comme les Romains.  

Vous avez des fruits ? Non ? 
Un café peut-être ? Le café, je vous conseille vraiment de nous en trouver un, sinon les Italiens, ils vous rejouent la dernière scène de « Spartacus ».   

Côté programme, on a deux vignobles à visiter aujourd'hui.  

Le premier est en bordure de la ville, le second, à 100 km d'ici. 
Allons-y, ne nous mettons pas en retard. La nuit a effacé celui d'hier. Le retard d'hier, vous suivez ?   

Domaine Melnik.  
Beau vignoble, belle cuverie rutilante, beau parc à fûts Bulgares et comme toujours, la chaîne d'embouteillage qu'on nous présente comme si c'était l'attraction suprême dans l'univers du vin.  

Il doit y avoir quelque chose de sexuel avec la chaîne d'embouteillage pour un vigneron parce que, que vous soyez à Sydney, à Mendoza ou à Bordeaux, elle est toujours présentée comme le Saint-Graal. 

Les vins du domaine Melnik sont bons, c'est là l'essentiel.  Merci aux subventions européennes qui ont permis des investissements conséquents parce que le contraste est tout de même saisissant entre ces « wineries » qui n'ont pas vingt ans et les maisons délabrées de villages, parfois complètement abandonnés, qu'on croise sur la route.   

12 h 30. On remonte dans le mini-bus. On nous attend au vignoble Uva Nestum. 
Vous avez faim ? Ça tombe bien, le lunch est prévu pour 15 h, là-bas.   

Uva Nestum. 
Ici, c'est 2 en 1 : spa et vin. Hôtel, thalassothérapie et oenotourisme avec restaurant de qualité.   
Hôtel ? Vous avez dit hôtel ?   

Dites voir monsieur le propriétaire, ne pouvions-nous pas être hébergés hier soir chez vous ? 
Oui, bien sûr. 
On l'a même proposé à l'agence de tourisme, car cela nous semblait logique pour des journalistes vinicoles, on voulait passer davantage de temps avec vous, mais on ne nous est jamais revenu. Sans commentaire.   

En tous cas, vos vins sont très chouettes, votre resto super agréable avec un menu typé qui efface toutes nos critiques gastronomiques de la semaine. 
J'ai adoré votre cépage Rubin. Bravo Uva Nestum, grâce à vous, la Bulgarie devient attractive.   
Oui monsieur le guide ? Il est 17 h ?  Vous avez raison, on va y aller parce qu'on a quand même 3 h de route pour remonter jusqu'à Sofia.  

Si je calcule bien, j'avais un peu raison hier, au départ de Plovdiv : on aura fait autour de 10 h de bus en deux jours. Je dis ça parce que mon coccyx est entrain de me le rappeler.   

Vous en voulez une dernière ?   

Dans le mini-bus de scoobidoo, la porte coulissante des passagers s'est ouverte toute seule, tandis qu'on roulait  à 100 km/h sur l'autoroute ! Je vous le jure. 
C'est moi qui l'ai refermée tandis que le chauffeur, placide, a continué de rouler sans ralentir, malgré les cris des collègues.  

Alors oui je suis gâté dans ma profession que je n'échangerais pour aucune autre, mais voyez-vous, il y a des voyages de presse qui sont des voyages de stress et  qui poussent finalement, à rapporter leur forme plutôt que leur contenu.
Salle de bain bulgare
Article paru dans le numéro d'août/septembre 2016 du magazine Vins & Vignobles
14 sep. 2017 par Monsieur Bulles
Gin Dandy Julie Hubert et Éric Lafrance sont tombés dans les pommes il y a bien longtemps... En se relevant, ils ont eu des envies de cidre. D'abord tranquille, puis gazéifié, puis en méthode traditionnelle, enfin de glace pour finir avec des vermouths. Très vite, leur domaine perché à St Joseph du Lac est devenu un incontournable au Québec. Quand l'autorisation de distiller dans la province fut décrétée, les Lafrance firent venir de Bordeaux un alambic Stupfler. Une nouvelle aventure commença; celle des eaux-de-vie... Alors qu'un brandy de pommes (qu'on ne peut appeler Calvados) sortira cet automne de leur atelier, je vous présente leur gin, lancé cet été; en commençant d'abord par une mise au point personnelle...
Depuis 5 ans, la belle province offre des eaux-de-vie "Made in Chez Elle", des 100 % fabriquées au Québec dont les agences de communication, qui en font la promotion, vantent les mérites. 
C'est fait ici, donc c'est bon.
Sauf que le "C'est fait ici" ne veut pas dire "Ça vient d'ici". On peut très bien importer les matières premières du bout du monde pour les transformer ici, afin d'élaborer un produit "fabriqué ici". 

L'eau-de-vie finale, quelle que soit son fruit ou sa céréale de base, ne sera pas forcément admirable parce qu'elle a été élaborée ici. 
Le marketing aime jouer avec la fibre patriotique, voire nationaliste; et ça marche. 
On veut encourager nos entreprises locales, notre économie locale, on achète alors local, on boit local. 
Mais attention, cela ne veut pas dire que le produit est délicieux. 
Il n'est pas médiocre non plus, mais le consommateur doit être prudent avec le "Made in Québec". 

Ce n'est pas parce que c'est fait chez nous que c'est bon. 
L'industrie fruitière, légumière et fromagère en est la preuve. Tout n'est pas bon au Québec, sous prétexte que c'est fait chez nous !
Je préfère le "Mangeons d'abord de saison" plutôt que le "Mangeons coûte que coûte local". C'est un peu différent, mais c'est un autre débat...

Lorsque j'ai donc reçu l'invitation à déguster le Gin Dandy, élaboré par Les Vergers Lafrance, avec la mention bien en vue 100 % Québec, sur laquelle finalement tournait toute la promotion, je me suis dit : "Non, pas encore. Pas eux. Pas les Lafrance. Pas les Lafrance dont j'apprécie - je le reconnais - les produits depuis 20 ans."

Sauf que le 100 % Québec ici, est un vrai 100 % Québec (c'est en tous cas ce qui est véhiculé). 
Le gin Dandy des Lafrance n'est pas seulement un 100 % fait ici, c'est un 100 % tout vient d'ici !
Pommes, raisins et poires qui forment la base, qui forment le moût à distiller, sont de St Joseph du Lac. Les Lafrance ont planté leur propre raisins (sabrevois et frontenac) dans le but d'élaborer leur propre eau-de-vie.

Vous vous dites alors : "Oui, mais si c'est du gin, ils doivent employer des baies de genièvre, puis toutes autres sortes d'aromates qui vont donner une signature réelle au Gin Dandy..."

En effet.

Et logiquement, ce n'est pas sur les bords du St Laurent qu'on va trouver de la cardamome, de la racine d'angélique, des noix de muscade ou les oranges et les citrons pour leurs zestes, qui aromatisent ce gin.

Alors ? Est-ce du 100 % de chez 100 % Québec ?

Ben oui. 
Parce que justement le moût et l'eau - qui forment la base de toutes les eaux de vie élaborées dans le monde - sont ici, de St Joseph du Lac.

Pensez-vous que les Hollandais cultivent leurs propres baies de genièvre pour leur gin ? 
Pensez-vous que les Polonais fabriquent leur vodka avec leurs propres orge, blé, sarrasin ou pommes de terre ?
Même les whiskies écossais sont aujourd'hui élaborés avec des céréales achetées hors d'Europe !

Donc oui, Les vergers Lafrance ont le droit de dire que tout est fait chez eux !

Maintenant, est-ce que c'est bon ? 
100 % "tout fait au Québec" ne veut pas dire que c'est bon.

Pourtant, ça l'est.
Ici, ça l'est.

En relisant mes notes de dégustation, je remarque seulement que le seul point qui m'a titillé, c'est la puissance. Une puissance plus affirmée que subtile.

Pour le reste, chapeau bas !

Très expressif au nez avec une grande fraîcheur citronnée qui accompagne des notes de fleurs de houx. On distingue des saveurs de poires en bouche au sein d'une texture grasse, pourtant aérienne dans le comportement. On n'a pas cherché ici à faire autre chose que du gin, à révéler un parfum avant celui de la baie de genièvre; on déguste un bon gin et c'est bien là l'essentiel.
Finalement plus classique que sophistiqué, ce gin bien habillé porte parfaitement son nom. 
C'est une réussite.Alambic
39,75 $ / Code SAQ : 13385827
30 août 2017 par Monsieur Bulles
Cirka 375 À peine 5000 flacons, la série est limitée, 375ème anniversaire de Montréal oblige... La distillerie Cirka, déjà reconnue pour son gin et sa vodka, vient de lancer un gin ambré issu d'ingrédients 100 % québécois, depuis les baies de genièvre jusqu'au miel employé (celui d'Anicet), en passant par les canneberges, les griottes ou l'épinette noire qui proviennent des régions de la belle province. Verdict ?



Le nez est expressif, aucune note de volatile n'est perçue, bravo! 
Passé cette première étape sans aération, il me rappelle le genièvre de Loos, celui du nord de la France qui fleure bon les céréales. Viennent ensuite des notes florales de pivoines, de roses, puis de poivre rose si l'on accentue la rotation du verre.
Très sec à l'attaque, il est pourtant gras en bouche, offrant alors des saveurs de tabac blond, puis de raisins secs en finale de dégustation. 
L'ensemble est vif et frais, tout apparaît droit et pur. Ce gin est une réussite.
On le découvre seul ou sur glace, au choix, puis on peut s'amuser avec quelques gouttes déposées dans une huître ou avec un léger filet, déposé sur un carpaccio de saumon.

Cirka Gin 375
Gin 375 de Cirka / 37,75 $ en SAQ pour la bouteille de 375ml
3 août 2017 par Monsieur Bulles
H2B Gin de Bretagne C'est en passant mes vacances estivales au pays de mes origines qu'un ami épicier m'a fait découvrir ce produit : un gin à base des baies de genièvre habituelles, additionnées dans l'élaboration d'algues locales, de fenouil marin (criste) et d'autres ingrédients gardés forcément secrets. En cette période où les eaux-de-vie blanches sont à la mode, cette dernière qui nous vient du Morbihan devrait faire du chemin chez les amateurs, même si les quantités sont modestes. J'ai réellement apprécié sa pureté, voici mon commentaire de dégustation :
À titre indicatif d'abord, l'illustration de ce gin Premium Naturellement marin, représente l'un des fanions de l'alphabet maritime.

Nez de zeste de lime, puis d'iode marine. Attaque céréalière en bouche qui rappelle certains sakés par la finesse de la chair, la puissance en plus (40%). Subtilement poivré, l'ensemble des saveurs est net.

Un gin de facture classique qui joue davantage sur la vivacité et la pureté que la complexité aromatique avec une fraîche longueur en finale. 

Facile avec un tonic, impeccable en cocktail et original avec des huîtres. 
Contre-étiquette Gin H2B
Non disponible au Canada... Jusqu'à aujourd'hui.
15 juin 2017 par Monsieur Bulles
Permis d'alcool On cogne souvent sur la SAQ au Québec lorsqu'un souci administratif surgit ou ralentit le travail en restauration ou en préparation d'évènements bachiques. Or, ce n'est pas la SAQ qui est à l'origine de ces désagréments, mais la RACJQ (Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec), organe ministériel qui pousse à la caricature les mouvements ubuesques de la bureaucratie publique... Bref, qui rend fou ! Depuis cette semaine, il semble que la folie puisse se soigner.
Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique, et le député André Drolet ont annoncé ce mercredi 15 juin 2017 l'allègement du fardeau administratif des titulaires de permis d'alcool.
Seuls les intéressés et les professionnels de la restauration au Québec pourront comprendre cette réjouissante annonce :  un seul permis par établissement ou par catégorie sera désormais la règle !
Logique, pensez-vous ? 
Tout à fait.
Pourtant, depuis des lustres, le règlement en la matière impose autant de permis d'alcool qu'un restaurateur a de lieux de service ou de terrasses dans son établissement.

Une incohérence qui amuse seulement les contrôleurs de permis dans leurs inspections hebdomadaires puisque le but ou du moins, l'intérêt, est seulement lucratif : une pluie d'amendes peut s'abattre sur le restaurateur pour un timbre fiscal décollé ou absent d'une bouteille, un flacon répertorié sur une facture, mais égaré ou exposé sur la mauvaise clayette, un niveau de contenu de bouteille qui ne correspond pas ou peu aux ventes présentées, etc, etc...   
En somme, des distractions courantes de restaurateurs souvent uniquement dues à la gestion et à la crainte de l'imbroglio administratif.

"On devrait passer de 22 000 permis à environ 14 000 à l'échelle de la province" selon André Drolet. "Autour de 50 % des 11 740 titulaires de permis de restaurants et de bars sont désormais concernés par ce changement important. Et le coût des permis passera de 617 $ à 563 $".

Mais surtout, surtout : de "simples" amendes remplaceront les suspensions ou les révocations de permis qui pouvaient conduire un établissement à la faillite ou à la mise en chômage de ses employés : une réalité économique qui semble avoir gagnée les hautes sphères cérébrales de nos dirigeants.

Par ailleurs, les réjouissances attendront puisque ces modifications doivent être soumises à l'approbation du gouvernement Couillard dans 6 semaines.

Espérons que ce dernier soit aussi cohérent, aussi logique que son député libéral qui reconnaissait, par exemple, que l'absence de timbre sur une bouteille puisse être issue d'une inattention plutôt que d'une malhonnêteté... 

Une amende corrige, prévient et freine les erreurs tandis qu'une convocation devant la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJQ) pouvait sérieusement hypothéquer le travail d'un restaurateur et de son équipe.

Le ministre Coiteux a même parlé d'oxygénation de l'industrie dans cette annonce.

Souhaitons donc que ce souffle se transforme en vent de réforme de la RACJQ, tel qu'annoncé par André Drolet.

RACJQ
9 juin 2017 par Monsieur Bulles
Quinta da Raza "C'est vif et frais, mais il n'y a jamais de structure endurante" est le genre de critique qu'on entend le plus souvent à propos du Vinho Verde par les amateurs peu éclairés... Pourtant, cette appellation du nord du Portugal qui élabore, certes, le plus gros volume de vin blanc du pays, présente des vins plus structurés qu'on ne le croit. Anselmo Mendès est depuis longtemps la référence régionale et derrière lui, se détache une génération qui confirme que Vinho Verde rime aussi avec profondeur. La Quinta da Raza le démontre brillamment.



Disponible en Importation Privée auprès de l'agence Divine Sélection à 27 $, ce vino verde ne présente pas l'habituel cépage alvarinho avec du loureiro, mais avec de l'avesso, l'un des multiples cépages autorisés sur l'appellation.

À la fois sur des arômes de poires et de pêches, ce vin présente une texture particulièrement ronde, voire grasse, aux antipodes des traditionnels vinho verde vifs, légers et courts. 

Son enveloppe finement citronnée le prédispose à une garde avantageuse, toutefois, dégustez-le dès aujourd'hui avec un poisson cuit en papillote ou essayez-le avec un fromage riche et puissant, il prouvera sa solide structure et ses parfums expressifs.Contre-étiquette Raza
IP auprès de Divine Sélection
26 mai 2017 par Monsieur Bulles
Rocim Alicante Bouschet Le cépage alicante bouschet existe depuis 150 ans. Il est rare et pourtant, au Portugal, il est de plus en plus employé dans les assemblages. Administré par Catarina Vieira et Pedro Ribeiro, le domaine Herdade do Rocim exploite 10 hectares d'oliviers et 180 hectares de vignes près de Vidigueira dans l'Alentejo. Parmi les vins élaborés, leur Alicante Bouschet, issu d'une douzaine d'hectares, est parmi les plus originaux de la région.




Commentaire de l'Alicante Bouschet 2015 - Vinho Régional Alentejano :


La texture est fine, souple, presque légère, on est déconcerté par autant d'élégance dans le comportement, dès l'attaque en bouche, car très souvent avec les vins rouges de cette région, la puissance et la matière l'emportent sur la clarté et le fruité. Ce dernier est ici net et pur. 

On est d'abord accroché par des accents floraux qui rappellent la pivoine pour se laisser séduire par ceux de poivres et même de silex en finale, ce qui apporte une fraîcheur rarement perçue dans les vins rouges de cette latitude.

Cet Alicante Bouschet est à la fois original et incontournable de ce qui se fait de mieux actuellement au Portugal.
32,30 $ en IP au Québec auprès de l'agence Alivin

Haut de page

Page précédente
Recherche d'articles
Par mois
Articles sur les champagnes (208)
Articles sur les autres bulles (250)
Les dégustations horizontales (1)
Les dégustations verticales (1)
© 2015 monsieurbulles.com, Guénaël Revel poc communications Annoncez sur MonsieurBulles.com